Pas moins de 300 start-up sont créées chaque année en Suisse

Selon l’étude «Swiss Startup Radar», seulement 6% des jeunes entreprises réussissent à trouver un acquéreur ou à faire une entrée en bourse

Chaque année, quelque 300 start-up sont créées en Suisse. C’est quatre fois plus qu’il y a quinze ans, apprend-on dans l’étude Swiss Startup Radar, publiée mercredi dernier. Celle-ci a été réalisée par le portail d’information en ligne Startupticker.ch et la Faculté des hautes études commerciales (HEC) de l’Université de Lausanne qui ont analysé les données de 4000 start-up.

D’après ce rapport, la Suisse est marquée par une grande diversité régionale. Le canton de Zurich réunit près d’un tiers de toutes les start-up du pays. Le canton de Vaud en rassemble 15%, Genève 7% et Zoug 5%. En comparaison internationale, le pays compte un nombre élevé de jeunes sociétés issues des secteurs des technologies médicales, des machines, de l’électricité, de la métallurgie, de l’énergie, des cleantechs, de la biotechnologie et de la finance. En revanche, les entreprises en lien avec le commerce électronique et les plateformes électroniques sont moins représentées que dans certains pays comme le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France ou l’Espagne.

Croissance plus lente

Autre constatation: les start-up suisses créent moins d’emplois durant leurs dix premières années d’existence que leurs homologues d’Europe occidentale. En moyenne, une jeune pousse compte 16 employés au bout de dix ans. Et c’est seulement à partir de la deuxième décennie que les événements s’accélèrent. Elles se développent alors deux fois plus vite qu’au cours des dix premières années.

Selon les auteurs de l’étude, cette lenteur des premières années s’expliquerait par le fait que les entreprises suisses développent des produits complexes ou opèrent sur des marchés où le cycle de vie des produits est long. Mais ce rythme pourrait aussi indiquer que les entreprises privilégient des stratégies moins risquées ou ne trouvent pas de personnel qualifié.