Lancement de la liaison ferroviaire entre la Suisse et les ports du Havre et de Marseille

D’abord prévue pour le mois de mars dernier, elle va finalement voir le jour début septembre. France-Helvétie Express, le nom de cette nouvelle liaison ferroviaire entre les ports du Havre (alliance HAROPA) et de Marseille Fos et la Suisse Romande, débutera le mardi 4 septembre. Elle sera réalisée avec l’appui de l’opérateur de transport combiné Naviland Cargo. Elle assurera trois rotations hebdomadaires entre le terminal de transport combiné de Chavornay et chacun des deux ports français. La connexion se fera par l’intermédiaire du terminal de Dijon-Gevrey. Il s’agit donc en quelque sorte d’une mutualisation de l’offre de transport. Le passage par un même terminal en Bourgogne devant permettre d’avoir des économies d’échelle.

 « Les départs depuis le terminal multimodal du Havre et depuis les quais de Marseille et de Fos se feront le vendredi, lundi et mardi. Dans le sens export, les trains partiront le mardi, mercredi et jeudi, depuis le terminal de transbordement rail/route de Chavornay, entre les bassins économiques de Lausanne et Yverdon. Les convois auront une capacité d’emport maximale de 40 à 42 EVP selon le sens de circulation et pourront transporter des conteneurs 20 et 40 pieds, qu’ils soient dry, high cube ou flat sans dépassement. Leur acheminement entre Chavornay et les ports maritimes est prévu en jour A / jour C. », indiquent les acteurs de la nouvelle ligne.

Les partenaires, qui assurent que ce service répond à une attente forte exprimée de longue date par les professionnels de la logistique et du transport, estiment le potentiel du marché suisse de conteneurs entre 350.000 à 400 000 EVP par an. Aujourd’hui, seulement une partie marginale de ce trafic transite par les ports français. La mise en service de cette navette a donc pour but de capter « une part significative » de ces volumes.

France-Helvétie Express s’ajoute aux autres offres ferroviaires développées récemment par les deux établissements portuaires français. Elle profite d’un contexte favorable, lié à la confirmation par l’État du dispositif d’aide au transport combiné. La liaison à destination de la Suisse permettrait de remplacer 12 000 transports en camion sur les routes par an.