Suisse : débat autour du nombre de Juifs refoulés aux frontières

Une thèse, encore non publiée, relance le débat sur l'attitude de la Suisse vis-à-vis des réfugiés juifs et retrace plusieurs parcours tragiques

Considéré comme l’un des seuls refuges au cœur de l’Europe nazifiée durant la Seconde Guerre mondiale, la Suisse a attiré des milliers de réfugiés à ses frontières française et italienne.

Mais quelle a été sa politique d’accueil ? Longtemps critiquée, notamment à l’époque de la publication du rapport Bergier il y a 16 ans, la Suisse était pointée du doigt pour avoir refoulé entre 20 000 et 30 000 juifs à ses frontières.

Une récente recherche universitaire menée à l’université de Genève, a remis la légitimité de ce chiffrage sur la table.

« L’historienne Ruth Fivaz-Silbermann revoit ce chiffre nettement à la baisse, à environ 3 000, dans sa thèse diffusée l’an dernier, » rapporte le site suisse RTS.

Pour faire la part des choses dans cet épisode de la Seconde Guerre mondiale alors que de nombreux documents essentiels ont disparu, le Mémorial de la Shoah a organisé un colloque en présence, entre autres, d’anciens membres de la Commission Bergier et de Ruth Fivaz-Silbermann.

« Le vice-président du Mémorial de la Shoah, Serge Klarsfeld, célèbre « chasseur de nazis », soutient sur RTS, le résultat des recherches de Ruth Fivaz-Silbermann.

Il relève l’importance de la conférence pour l’image de la Suisse : « Je ne peux pas supporter qu’on donne des chiffres qui ne sont pas justes. (…) Je pense que pour l’image de la Suisse, c’est une image tout à fait différente, 3 000 ou 30 000 juifs refoulés ».