Une femme d’origine hollandaise qui a fait une demande pour obtenir un passeport suisse s'est vu refuser le document parce qu'elle serait «désagréable».

Nancy Holten, maintenant âgée de 42 ans, vit en Suisse depuis qu’elle a huit ans et a même deux enfants qui sont des résidents suisses.

Par contre, quand la femme a tenté d'obtenir un passeport helvète, les résidents de Gipf-Oberfrick, dans le canton d'Argovie, ont refusé.

Madame Holten est végétalienne et activiste pour la protection des animaux. Elle a fait campagne notamment pour bannir les cloches à vache.

«Ces animaux doivent porter une cloche qui pèse presque cinq kilogrammes quand ils marchent jusqu’au pâturage. Ça crée de la friction qui brûle leur cou» a lancé la femme aux médias locaux lors d’une manifestation.

Ses actions lui ont donné une bien mauvaise réputation auprès des habitants du petit village.

Le comité des résidents de Gipf-Oberfrick croit que si quelqu’un ne veut pas respecter les traditions suisses, cette personne ne devrait pas en devenir un citoyen officiel.

Tanja Suter, la présidente du Swiss People’s Party, affirme que Mme Holten a une «grande gueule» et que les résidents la trouvent «fatigante parce qu’elle ne respecte pas les traditions locales».

Nancy Holten, qui se décrit comme journaliste indépendante, mannequin et étudiante en arts dramatiques, a aussi manifesté contre les courses de cochons et les clochers d’églises qu’elle trouve trop bruyants.

Sa demande a été rejetée une première fois en 2015.

En Suisse, les résidents ont souvent leur mot à dire quant à l'obtention de la citoyennete. Les récipiendaires sont choisis par les villages et les cantons plutôt que par le gouvernement fédéral.

Le cas a été transféré au gouvernement cantonal à Argovie qui, ultimement, prendra la décision d’émettre un passeport.