Mon avis sur Saint-Gall (Suisse), première université de management au monde

Par Christine Piédalu • Publié le • Mis à jour le

L’université Saint-Gall propose des masters en gestion, économie, droit, en allemand ou en anglais. 

VOTRE AVIS - L’université de Saint-Gall en Suisse est première au classement 2017 des masters en management selon le classement du Financial Times. Nicolas nous parle de ses études dans cet établissement fondé en 1898.

À 22 ans, Nicolas entame la dernière année de son master de stratégie et management international (SIM) à l’université de Saint-Gall en Suisse, classée première au classement des masters en management du Financial Times. «J’ai toujours voulu être étudiant à l’étranger», dit-il. Dès le bac S, il part d’abord en Grande-Bretagne. Il choisit le bachelor en management de l’université de Warwick. «C’était très concret, avec la création d’un business plan dès la première année», précise-t-il. En deuxième année, il effectue un stage en fusions-acquisitions à Londres puis termine en tête de promotion. Pour son master, il décide de changer d’environnement. Il se présente à l’Essec, HEC Paris et Saint-Gall. L’admission se fait sur résultat au GMAT (test de gestion), notes du bachelor, CV, lettre de motivation, entretien. Il est retenu dans les trois et choisit Saint-Gall.


Nicolas a été surpris par les frais de scolarité raisonnables pour la Suisse.

Ce que j’ai aimé: «Le suivi des professeurs»

«Nous sommes 55 étudiants, de 24 nationalités. L’enseignement se fait à partir d’études de cas, en anglais, par petits groupes. Le nombre de crédits validés par année n’est pas limité. En première année, nous avons 5 cours fondamentaux obligatoires au premier semestre. Mais j’ai aussi suivi des «SIM intégratives sur les fusions-acquisitions et un sur la croissance. Jusqu’en janvier j’ai aussi travaillé sur un projet humanitaire avec 7 autres étudiants. Mon équipe est partie au Guatemala. Enfin, nous avons un stage et un mémoire à rendre très poussé. J’apprécie aussi que les profs nous connaissent et que la responsable carrière nous suive aussi bien.

Ce qui m’a surpris: «Les frais de scolarité sont raisonnables»

Le coût du master est raisonnable, 3 326 francs suisses le semestre (2 876 €), les logements oscillent entre 300 et 600 francs suisses (260 à 500 €).

Ce que j’ai moins aimé: «La vie est chère»

Il faut compter entre 30 et 40 francs suisses (25-35 €) par personne dans un restaurant normal... Une pizza à emporter coûte 20 francs suisses (17 €) en moyenne, un menu Big Mac simple environ 10 francs suisses (8,60 €). Une journée de ski, sans avoir le matériel à louer, revient à environ 90 francs suisses (78 €) avec le forfait et le déjeuner. Beaucoup d’étudiants vont skier en Autriche, un peu moins cher, et le rapport qualité-prix est meilleur.

Ce que je ferai après: «Travailler dans le conseil»

Je prévois de partir en échange au Japon. J’espère ensuite être engagé dans le conseil en stratégie chez Deloitte à Zurich, où j’ai réalisé mon stage de fin de première année.