Comme la musique et les paroles  ne changent pas d'une année à l'autre, on vous publie  d'avance le compte-rendu.

Peu importe que les pseudo délégués (non élus) le votent ou pas; depuis des dizaines d'années ils ne sont que de pauvres guignols sans aucun pouvoir et priés de voter ce qu'on leur dit, ça ne va pas changer maintenant.

En demande :

1) les Suisses de l'étranger ne veulent pas être considérés comme des citoyens de seconde zone.   ( Spécial Award au journal le Temps qui a osé titrer avec ce titre plus qu'éculé)

2) les Suisses de l'étranger veulent des subventions de la Confédération pour un peu tout, et que le Conseil Fédéral, dont ils ignorent en majorité le fonctionnement donne des ordres à l'économie privée, à la BNS pour qu'elle fasse baisser l'euro, à Postfinance pour qu'un leur ouvre un compte à bon marché, et à Swiss pour avoir des billets pas cher.

3) les Suisses de l'étranger veulent qu'on continue à perfuser de subventions le machin de l'Alpenstrasse qui ne sert à rien et qui se prend râteau sur râteau à chaque fois qu'il demande quoi que ce soit aux autorités. Autorités qui ne sont pas dupes du fait que le CSE n'a rien d'un parlement faute d'être élu et représentatif et que sur les 750 000 suisses à l'étranger, 999 °/°° au moins ne sont pas adhérents de l'OSE voire l'ignorent complètement.

4) Les Suisses de l'étranger sont contre la fermeture des consulats en Europe et dans les zones à faible croissance de population d'expat.

5) les Suisses de l'étranger sont indignés des déclarations maladroites faites peu avant le Congrès par ( UDC,PDC,PLR,PS,.. barrez la mention inutile) . En 2017 le champignac a été décroché par le PLR avec la réduction des rentes AVS à l'étranger.

En réponse  :

Le Conseiller Fédéral de service, ( Cette année c'est Alain Berset qui a perdu le tirage à la courte paille et qui se tape le dîner de cons) réaffirme que les Suisses de l'Etranger sont les ambassadeurs de la Suisse et que le Conseil Fédéral compte beaucoup sur eux ( pour arrêter de brailler ? ). 

Désolé pour les déclarations malencontreuses de la maladroite de service, mais de touts façons, dormez tranquille, on ne fera rien. 


Les autorités ne manqueront pas de promettre d'étudier avec attention les demandes de la Cinquième Suisse auxquelles une réponse (1) sera apportée l'année prochaine.

Salut, tchuss et à l'année prochaine.

Si vous avez raté la version 2016, c'est pas grave, les questions et les réponses étaient les mêmes.

Si vous comptez rater la version 2018, c'est pas grave, tout pareil.

Dommage, l'élection de Remo Gysin avait suscité quelques espoirs, mais il semble que le système l'a rapidement mis au pas et prié de se taire.


(1) réponse que nous vous livrons en exclusivité avec un an d'avance. "Nein, nicht möglich, zu teuer.




Edit : nous avions oublié le sujet du vote électronique. Promis à 100% il y a deux législatures, il est maintenant promis à 2/3 pour l'avenir .... ben voyons