A l'ouverture de la séance, le Conseil ne peut pas délibérer, faute de quorum.
(126 membres, le quorum est à 42, mais il n'y a pas 42 conseillers présents) .

On notera également que malgré l'effort de diffusion en direct sur internet, il y avait à peine 3 puis 4 auditeurs en ligne sur les 700 000 suisses  de l'étranger. Si on déduit les 2 représentés par Suisse Magazine et la console de test .. 

Hommage aux disparus, hommage à F Lombardi pour la LSEtr, hommage aux deux collaboratrices qui quittent l'OSE ...

Longue introduction tirant le bilan de ses 8 ans de présidence et se félicitant notamment de la mise en place de Swisscommunity à qui il attribue 35 000 membres ( il y en a bcp moins en réalité), et de la transition organisée à l'OSE.

Il rappelle son attachement au vote électronique tout en soulignant qu'en 2011, il n'y avait que quatre cantons qui l'autorisaient et que l'OSE s'était engagée pour que tous y aient accès en 2015, et que finalement l'objectif est passé à 13 puis revenu à 4 soit aucune progression en 4 ans.

Il souligne l'importance d'un tournus chez les représentants et encourage les présidents d'association à sortir de l'impression que ils sont irreemplaçables.

Il souligne l'importance que l'OSE reste politiquement neutre, mais pas apolitique.

Il indique que si beaucoup de choses ont été faites, tout est loin d'être accompli et que même les engagements pris n'ont pas pu être tous tenus ( revirement sur un discours précédent).

JP Aeschlimann prend la parole pour demander que l'OSE prenne position pour l'initiative visant à revenir sur le vote du 9 février et encourage les présidents à la signer.

Le président Eggly s'y oppose car il estime notamment qu'il ne convient pas de revenir sur un vote populaire.

M. Aeschlimann maintient sa position.

Finalement le président Eggly réduit la question au fait de mentionner l'initiative dans la Revue Suisse, ce qu'étonnamment M. Aeschlimann accepte alors que cela vide sa proposition de tout contenu.

A suivre