En raison de forts vents de face et de turbulences plus importants que prévu, l'avion solaire Solar Impulse et son pilote André Borschberg ont dû renoncer à atteindre Ouarzazate. Entre Casablanca et Marrakech, ils ont décidé de faire demi-tour vers Rabat, où ils se sont posés ce matin à 1 h 14.
"Vu les conditions aérologiques difficiles au-dessus du désert, l'équipe avait préparé tous les scénarios possibles y compris celui d'un retour à Rabat. La décision était sage quoique difficile à accepter au début. C'est une expérience qui nous rend humble devant la nature. Quand le vent de face est plus rapide que la vitesse de l'avion, et qu'on se met à reculer à 8 000 m d'altitude,on risque de perdre rapidement toutes références. C'est le moment où il faut s'arrêter de s'acharner.", a expliqué André Borschberg.