Le blog de Suissemagazine

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Swisscommunity-la saga d'un naufrage

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 16 août 2015

Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures

Bon, le congrès de l'OSE est terminé, donc on peut tombe les masques.

Parce que bon, franchement, un type totalement inconnu, qui apparait comme ça du jour au lendemain, qui tourne en rond contre l'OSE .... le tout en disant habiter à l'autre bout du monde et en portant un nom qui fait rire les parisiens ... cela ne vous étonne pas un peu.

Surtout que ça arrive régulièrement, non, des faux-profils qui viennent un peu troller quelques naïfs sur un forum.

Mais bon, celui-là aura tenu plus longtemps que les autres avant que les naïfs modérateurs se demandent s'ils n'avaient pas à faire à un cheval de retour.

Eh oui, avec un bon proxy et une bonne connaissance du net, l'adresse ip ... fait pas trop s'y fier

Tschüss .. pigeons

vendredi 14 août 2015

Congrès OSE - débat politique élections

Plus que trois auditeurs sur youtube

Négociations sur libre circulation 

Même si les partis sont bien sûr peu d'accord entre eux, il y a quelques éléments communs.

La nécessité de négocier, mais le peu de confiance dans la capacité des négociateurs fédéraux.

La nécessité d'enfin prendre une vraie position.

Le peu de considération pour l'absence de fédéralisme de l'Europe et son peu d'intérêt pour les avis des pays membres.

E-voting

Quelle surprise, tout le monde y est favorable et certains ( PLR) sont même outrés de la décision du CF.
L'UDC va proposer l'envoi par mail (aller) du matériel de vote.

Bref :
en 2011 les partis politiques étaient plutôt pour et l'OSE plutôt contre ( cf Suissemagazine)
en 2015 les partis sont tout à fait pour, et l'OSE est maintenant pour  .... ( mais pas pour ses propres élections, voir le 32/32 sur la motion sur l'élection du CSE).
mais en attendant ... on ne l'a toujours pas ..  Ceci résume bien l'inefficacité du tout. 

Questions des délégués et de la salle
 Dénotent d'une telle méconnaissance de la démocratie suisse que je préfère ne pas les reprendre.

Congrès OSE - plus le temps

.. le temps manque

Lire la suite...

Congrès OSE - élection directe du CSE

Et c'est reparti ..

Lire la suite...

Congrès OSE - banques et comptes

Nous ne reprenons pas ici la fort intéressante intervention 

Lire la suite...

Congrès OSE - Vote électronique

Intervention de la chancelière de Genève
compléments de la Chancellerie Fédérale non repris

Lire la suite...

Congrès OSE - Relations DFAE

Le sujet est comme d'habitude budgétaire.
L'OSE demande qu'on ne réduise pas, le DFAE réduit quand même etc ..
Particulièrement attaqués .. le réseau consulaire et la revue Suisse.

En 2016, la Revue Suisse papier sera limitée à 4 éditions.

Congrès 2015 OSE - Ouverture

Introduction de JS Eggly

Lire la suite...

dimanche 19 juillet 2015

Postfinance pour Suisses de l'étranger

Un échec de plus pour l'OSE.

L'OSE a longuement insisté sur cette solution "miracle" offerte aux Suisses à l'étranger alors que nous avons immédiatement, dans les pages de Suisse Magazine, alerté sur le fait que Postfinance était évidemment incapable, au coût indiqué, de faire face aux obligations réglementaires sous-jacentes.

Malgré cela la "publicité" a continué .. et maintenant ... et bien force est de constater que nous avions malheureusement raison.

http://www.20min.ch/ro/economie/news/story/Les-clients-a-l-etranger-prives-de-cartes-de-credit-15007737

e-voting et suisses de l'étranger

Les ratés continuent.

Certes, l'indépendance cantonale y est pour beaucoup mais c'est à se demander si la Suisse est capable de réaliser un logiciel de vote.

Notons au passage le faible engagement des Suisses de l'Etranger, que la censure permanente sur Swisscommunity n'aide pas à mobiliser.

http://www.24heures.ch/suisse/canton-berne-renonce-evoting-cause-logiciel/story/28982485

lundi 13 juillet 2015

Postfinance, la solution miracle de l'OSE qui n'en est pas une.

On le dit, on le redit, mais il est illusoire de penser que dans un pays libéral comme la Suisse, le gouvernement, et encore plus l'OSE puisse imposer à un opérateur de vendre à perte.

«Les taux d'intérêt sur les comptes d'épargne devraient encore baisser et les frais de tenue augmenter», indique Hans Köng dans un entretien au SonntagsBlick. «Cela ne concerne pas que PostFinance, mais tous les clients de banques»




Lire la suite...

mardi 30 juin 2015

Les glapissements de Schwartzer Peter

Sois tranquille, même avec la baisse drastique du prix de l'octet, je ne vais pas en gaspiller un seul pour les recopier.
Laissons passer la caravane.

dimanche 26 avril 2015

UASF-OSE. QUand le bateau coule, les chaloupes ne font pas mieux

Le slogan du congrès UASF de cette année ?   Buvez, nous sommes éliminés.

Le résultat  : une belle g.. de bois.

Lire la suite...

mercredi 25 mars 2015

Conseil des Suisses de l'Etranger : Mars 2015 . Qui ment ? Comparez

La version OSE - a posteriori 

Communiqué de presse

Les 71 délégués du Conseil des Suisses de l’étranger (CSE) réunis ce samedi à Berne pour leur séance de printemps ont lancé la campagne électorale 2015. Fil rouge de cette rencontre : un manifeste électoral contenant huit points primordiaux pour le maintien du lien entre la Suisse et 10% de ses concitoyens dans le monde. Les membres présents l’ont approuvé à l’unanimité. Autres sujets à l’ordre du jour : une introduction rapide de l’e-voting pour les Suisses de l’étranger, la problématique des relations bancaire ainsi que la révision de la loi sur les étrangers.

 « L’année 2015 est une année électorale et en période électorale les candidats ainsi que les partis politiques prêtent une attention toute particulière à nos compatriotes vivant hors des frontières nationales. Il s’agit donc pour notre organisation de rappeler l’importance de la Cinquième suisse durant cette campagne.» C’est par ces mots que Jacques-Simon Eggly, président de l’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE) a ouvert la séance d’aujourd’hui. En vue des élections fédérales de cette année, l’OSE entend en effet jouer au mieux son rôle de défense des intérêts des 746 000 Suisses vivant à l’étranger. Il était donc logique que les principaux points de cette séance du Conseil se concentrent sur des sujets en lien avec le manifeste électoral 2015 de l’OSE. Le CSE, en tant porte-parole officielle des membres de la Cinquième Suisse, se doit de rappeler, encore plus en année électorale, leurs besoins et attentes spécifiques. Le manifeste s’adresse en priorité aux partis politiques et candidats aux élections fédérales. Il s’agit de leur rappeler que des thèmes comme le vote électronique, la mobilité internationale, l’information, le maintien du réseau consulaire ou de relations bancaires en Suisse sont des éléments fondamentaux pour nos compatriotes de l’étranger. Le but étant que, lors de la prochaine législature, les Parlementaires fédéraux prennent ces demandes en compte sous la coupole fédérale.

 E-Voting

Sur les 746 000 Suisses de l’étranger, plus de 140 000 étaient inscrits au 31 décembre 2014 sur un registre afin d’exercer leurs droits politiques, l’équivalent du corps électoral du canton du Tessin, du Valais ou encore de Thurgovie. Lors des élections de 2011, le CSE avait demandé l’accès à l’e-voting pour tous les Suisses de l’étranger. En 2015, 13 des 26 cantons donneront la possibilité de voter par voie électronique. Ainsi, même si une majorité des Suisses de l’étranger pourra utiliser ce nouveau canal de vote, l’objectif est loin d’être atteint. Barbara Perriard, responsable de la section des droits politiques à la Chancellerie fédérale l’a expliqué aujourd’hui: « Nous souhaitons développer l’e-voting, mais la sécurité est notre priorité ».

 Relations bancaires

Les délégués n’ont pas caché leur agacement sur la problématique des relations bancaires. Depuis 2008, les Suisses de l’étranger rencontrent des difficultés à maintenir des relations bancaires en Suisse. Le CSE s’est déjà exprimé à de nombreuses reprises sur la question, sans qu’aucune solution ne soit trouvée. Les délégués ont rappelé la nécessité pour nos compatriotes de l’étranger de posséder un compte en Suisse que ce soit pour gérer leurs biens immobiliers, leurs assurances ou simplement parce qu’ils reviennent régulièrement en Suisse. Une motion du conseiller national et membre du comité de l’OSE Roland Rino Büchel a été refusée lors de la session parlementaire de printemps et un postulat du Conseiller aux Etats Konrad Graber sur ce propos est toujours en cours de traitement au Parlement. Un dossier important pour la Cinquième Suisse qui ne connaît donc toujours pas d’évolution.

 Loi sur les étrangers

Appelé à se prononcer sur le projet de révision de la loi sur les étrangers, le CSE a exprimé son inquiétude et mis en garde sur les conséquences que la fin de la libre circulation pourrait engendrer. La libre circulation des personnes n’est pas à sens unique et cet accord est extrêmement important pour les Suisses de l’étranger soulignent la grande majorité des délégués. Pour rappel, sur les 746 000 Suisses habitant hors des frontières, 460 000 vivent en Europe et profitent des acquis de la libre circulation.

 La question du changement de mode d’élection des délégués du CSE en vue d’une élection directe - le système actuel, indirecte, fonctionne par l’entremise des associations suisses à l’étranger - a suscité d’âpres débats. Ce point fait partie du manifeste électoral et Jacques-Simon Eggly a tenu à souligner que «le Conseil doit pouvoir asseoir sa crédibilité politique afin de relayer au mieux la voix des Suisses de l’étranger et que cela passe par une élection directe des délégués.»

 A noter que dans le cadre des élections fédérales 2015, l’OSE a créé une plateforme d’information regroupant tous les thèmes en lien avec la Cinquième Suisse ainsi que de nombreuses informations pour et sur les Suisses de l’étranger : www.2015elections.ch.

Le CSE se réunira une seconde fois, le 14 août 2015, en ouverture du 93e congrès des Suisses de l’étranger qui aura pour thématique « La formation citoyenne : garantie d’une démocratie vivante ».

 

Organisation des Suisses de l'étranger
Anne-Catherine Clément - Relations médias

Tél.  +41 (0)79 443 67 30 - clement@aso.ch

 

La version Swissinfo

Les élections fédérales en ligne de mire pour la 5e Suisse

 Par Olivier Pauchard

 Réuni samedi à Berne, le Conseil des Suisses de l’étranger a adopté son «Manifeste électoral 2015». Celui-ci expose les principales revendications des expatriés aux partis et politiciens en lice pour les élections fédérales de l’automne. Jacques-Simon Eggly a par ailleurs annoncé qu’il quittera en août son poste de président de l’Organisation des Suisses de l’étranger.

 
 16h00:  les comptes bancaires posent toujours problème

 La possibilité pour les Suisses de l'étranger de conserver un compte bancaire en Suisse reste un sujet épineux au «Parlement» de la 5e Suisse. De nombreux membres de la diaspora ont en effet vu leurs relations bancaires fermées ou ont dû compter avec une majoration sensible des frais ces dernières années.

 Membre du Conseil, le député Roland Rino Büchel avait réclamé dans une motion que Postfinance, filiale de la Poste, assure un service de base aux Suisses de l'étranger. Cette demande, acceptée par le Conseil National, a cependant été rejetée il y a quelques jours par l'autre chambre du Parlement, le Conseil des Etats.

 Postfinance propose toutefois depuis quelque temps sur une base volontaire un compte bancaire de base pour les Suisses de l'étranger, destiné uniquement au trafic des paiements. M. Büchel indique que 26'000 Suisses de l'étranger profitent de cette offre. De plus, trois établissements bancaires proposent leurs services aux Suisses de l'étranger: les banques Valiant, Migros ainsi que la Neue Helvetische Bank. Le conseiller national pense que d'autres instituts suivront cet exemple.

 15h00: le président commente son départ

 Interrogé par swissinfo.ch, Jacques-Simon Eggly a souligné qu'il avait pris sa décision de passer la main au prochain congrès à Genève en août 2015 après une réflexion au sein du comité. Parmi les raisons figurent notamment la question du tournus nécessaire entre représentants romands et alémaniques.

 Le fait que la nouvelle direction bicéphale de l'OSE est maintenant bien en place a aussi joué un rôle. «La décision m'appartenait», a insisté M. Eggly, tout en admettant qu'il aurait pu donner l'impression de s'«accrocher» en restant jusqu'en 2017. Reconnaissant les pressions en faveur d'une alternance au niveau des langues à la tête de l'OSE, le président a relevé qu'il y a aussi des personnes qui auraient souhaité qu'il reste.

 Au chapitre des succès enregistrés sous sa présidence, Jacques-Simon Eggly a cité l'adoption par le Parlement de la nouvelle Loi sur les Suisses de l'étranger, ainsi que la mise en place de la co-direction, pour laquelle il a dû beaucoup s'engager.

 Il dit ne pas avoir de regrets particuliers («tout ce qui était atteignable a été atteint»), mais quelques inquiétudes pour l'avenir.

 Le Genevois souhaite ainsi que son successeur puisse trouver une solution sur la question de la représentation du Conseil des Suisses de l'étranger. Il met en garde à ce sujet sur une «politisation» de l'OSE, un phénomène qui pourrait survenir avec une élection directe des membres du Conseil via un vote électronique. Une telle politisation pourrait nuire à la défense de la cause de l'OSE. Au chapitre linguistique, il souhaite que chaque membre du comité ait une connaissance suffisante de l'autre grande langue.

 Jacques-Simon Eggly indique enfin qu'il part à 73 ans  «en pleine forme, avec ma tête qui va bien», et qu'il aime assez l'idée de quitter son poste à Genève, son canton, là-même où il avait entamé sa présidence il y a 8 ans.

 14h00: satellite plus cher

 Les expatriés qui veulent suivre les programmes de la SSR par satellite devront payer plus dès l’an prochain. L’abonnement à SAT-ACCESS sera en effet soumis à la TVA des différents pays européens.

 Directeur de la Radio Télévision Suisse (RTS) et membre de la direction de la Société Suisse de Radiodiffusion (SSR), Gilles Marchand rappelle qu’actuellement, pour capter les programmes de radio et de télévision par le satellite, il faut payer 60 francs pour la carte, puis 120 francs par an pour la diffusion. Désormais, ces coûts seront majorés de 9 à 20%, en fonction du taux de TVA en vigueur dans les différents pays européens.

 Il y a environ 4300 SAT-ACCESS en fonction dans le monde, essentiellement dans les pays européens. Pour en disposer, il faut être citoyen suisse et en faire la demande la SSR.

 12h40: la représentativité en question

 Les délégués discutent du caractère représentatif du Conseil. Son élection doit-elle continuer à se faire par le biais des clubs et des associations ou impliquer tous les expatriés d’un pays?

 Les avis divergent. Aucune orientation n'est décidée, mais le sujet reviendra certainement sur le tapis lors du Congrès de l'OSE, en août à Genève.

 Je peux vous dire que la représentation du Conseil est aussi une préoccupation au sein du Parlement fédéral. Il est important qu’il soit solidement représentatif.

 Carlo Sommaruga, député

 11h40: adoption d’une prise de position

 Le Conseil adopte à l’unanimité la prise de position de l’OSE sur l’ordonnance d’application de la loi sur les personnes et institutions suisses à l’étranger. Dans cette prise de position, l’OSE note que «le regroupement de plusieurs textes en un seul constitue, comme pour la loi sur les Suisses de l’étranger, une rationalisation bienvenue et facilite l’accès aux textes légaux relatifs aux Suisses de l’étranger. Surtout, cela permettra le développement d’une politique globale et cohérente à l’égard des Suisses de l’étranger.»

 11h15: manifeste électoral

 Le Conseil accepte à l’unanimité son «Manifeste électoral 2015». Ce document expose aux partis et aux acteurs politiques suisses les requêtes prioritaires des expatriés. Ces revendications peuvent être résumées en huit points.

 Les demandes de la 5e Suisse ne constituent en aucun cas une surprise. En effet, elles sont débattues depuis des années, tant dans le cadre du Conseil que du Congrès des Suisses de l’étranger et ont fait l’objet de nombreuses résolutions.

 Au premier rang de ces revendications, il y a la facilitation des droits politiques des expatriés. Comme à de multiples reprises déjà, l’OSE réclame donc une introduction «urgente et à vaste échelle» du vote électronique.

 De grands progrès ont déjà été réalisés dans ce domaine. Ainsi, lors des dernières votations fédérales du 8 mars dernier, le canton de Glaris avait proposé pour la première fois le vote électronique à ses électeurs suisses de l’étranger. Au total, 14 cantons ont offert la possibilité de voter par voie électronique à 194'000 électeurs au total, comme l’a indiqué la Chancellerie fédérale.

 Membre du Conseil national et du Conseil de l’OSE, Carlo Sommaruga rappelle qu’il existe encore de nombreux obstacles au vote électronique. Notamment au niveau de la sécurité. Il se demande donc comment convaincre les cantons qui n’ont pas encore fait l’effort.

 Démocratie directe

 Responsable de la section des droits politiques de la Chancellerie fédérale, Barbara Perriard explique que la carotte et toujours plus productive que le bâton.  Selon elle, il faut partir de groupes-cible: en premier lieu les Suisses de l’étranger, mais aussi des personnes handicapées comme les malvoyants qui peuvent tirer un grand bénéfice du vote électronique, et ensuite convaincre les cantons que le vote électronique sera étendu à tous les Suisses.

 9h45: retrait à la tête de la présidence

 Le président du Conseil, Jacques-Simon Eggly, annonce son retrait pour le mois d'août. Il quittera son poste à l'issue du Congrès des Suisses de l'étranger qui aura lieu à Genève. Jacques-Simon Eggly aura passé 8 ans à présidence.

 L'actuel vice-président, Remo Gysin, en poste depuis 2007, sera proposé par le comité pour lui succéder.

 09h30: Accent sur les élections fédérales

 Le président du Conseil des Suisses de l’étranger, Jacques-Simon Eggly, indique que les élections fédérales 2015 constitueront l’un des grands points forts de l’Organisation des Suisses de l’étranger pour cette année.

 Dans cette optique, l’OSE mettra l’accent sur trois points:

 1. Informer et sensibiliser les médias et les politiciens sur la 5e Suisse.

 2. Informer les Suisses expatriés sur les élections, notamment en leur indiquant quels sont les candidats et les partis qui s’engagent le plus en leur faveur.

 3. Inciter les Suisses qui ne sont pas encore inscrits sur un registre électoral à le faire.

 L’OSE a par ailleurs édité un page internet spéciale à propos des élections 2015.

 09h00: ouverture officielle

 La séance commence par la traditionnelle partie statutaire, avec la présentation du procès-verbal de la dernière séance.


samedi 21 mars 2015

Conseil des Suisses de l'étranger

Berne, 21 Mars 2015. Mise à jour en cours de journée. Le contenu peut changer.

Un ordre du jour touffu    http://aso.ch/files/webcontent/direction/asr/Traktandenliste_recto-verso_ASR_Sitzung_21_03_2015_f.pdf  et quelques décisions

Le point essentiel, annoncé dès l'ouverture est le paquet mis sur les élections fédérales où l'OSE s'efforcera d'intéresser les médias et les parlementaires sur les sujets concernant lesSuisses de l'Etranger, d'encourager ces derniers à ... s'inscrire pour voter et ....  de leur dire quels sont les partis qui s'intéressent le mieux  à eux !

Jacques-Simon Eggly annonce ensuite son retrait pour le mois d'Août, après le congrès à Genève. Remo Gysin sera (sans doute) le futur président. J-S Eggly  se déclare satisfait de sa présidence, et indique qu'il aurait pu rester plus longtemps, mais qu'il part, non à cause de son âge (73 ans), ni de la durée de ses mandats (plus de 16 ans cumulés à l'OSE après un quart de siècle au Conseil National), mais pour laisser la place à un alémanique, décision au sujet de laquelle il y a reçu beaucoup de pression.  Il déclare également que "tout ce qui était atteignable a été obtenu" (ndlr  ce qui en creux signifie que le reste de ce qu'il avait promis et annoncé était uniquement une promesse politique que le promettant savait en bois ... ). Il se déclare très réservé sur  l'élection directe du  CSE (il craint une politisation de l'OSE par ce biais - ndlr  encore une promesse qui ne sera pas tenue ) et expose avoir du se battre pour mettre en place la co-direction de l'OSE (ndlr mais sans préciser contre qui ou quoi ..). 

Le conseil vote ensuite une motion d'autosatisfaction sur la loi sur les Suisses de l'étranger. Le fait qu'elle rassemble les textes sous un chapeau unique est souligné. Le fait qu'elle refuse à l'OSE la reconnaissance que celle-ci attendait est bien sur  passé sous silence.

Mais quand on parle démocratie, rien ne va plus. Le projet de faire enfin élire le CSE par l'ensemble des Suisses de l'Etranger et non par un quarteron de présidents ne fait pas du tout l'unanimité et est repoussé aux calendes .. genevoises. Le CSE vient une fois de plus de rater une occasion historique d'introduire un soupçon de démocratie et de représentativité dans son fonctionnement qui s'apparente de plus en plus à un club privé. 

Le conseil adopte ensuite son manifeste électoral, qui de l'aveu même de l'OSE reprend une série de vieilles revendications non satisfaites.  Parmi celles-ci, le vote électronique. Sur ce sujet, Carlo Sommaruga, membre du CSE mais avant tout Conseiller National, incite à la prudence et rappelle que de nombreux facteurs s'opposent encore à la généralisation.(ndlr : donc entre Carlo Sommarruga et JS Eggly cela fait déjà deux obstacles de poids à la mise en place de l'élection directe électronique du CSE par les expatriés

C'est encore Carlo Sommaruga qui a précisé que la ""représentativité"" du CSE était un problème connu au niveau du parlement. Le Parti Socialiste Suisse aurait-il décidé de mettre un coup de balai dans la fourmilière radicale de l'OSE ?  

A suivre ... bon déjeuner ..

Cet après midi, pas grand chose, la digestion faisant son oeuvre.

Soumission de la redevance télé satellite SSR à la TVA donc 9% à 20% d'augmentation à prévoir. Normal mais amusant quand on sait comment les chaînes étrangères diffusent en Suisse.

Sur l'épineux dossier des banques, que je ne détaillerai pas ici car vous aurez un excellent papier "droit franco-suisse" de Maître Itin sur le sujet dans le prochain numéro. Le CSE semble découvrir que le Conseil des Etats a envoyé à la poubelle il y a un mois  la motion  irréaliste qui visait à contraindre Postfinance à le faire à prix réduit, et que des contacts ont été noués avec trois autres banques, l'une holding lucernoise de quelques caisses d'épargne ayant échappé au naufrage, l'autre un établissement de gestion de fortune créé par un élu peu susceptible d'opinions gauchisantes, et la brave Migros ... pour faire la troisième. Notons au passage que Suisse Magazine a alerté depuis 6 mois sur le fait que la motion "Postfinance" dont se félicitait l'OSE était totalement irréaliste du point de vue des obligations à respecter. Je l'avais même posté sur Swisscommunity, mais la Zensur est passée par là.

Il reste encore pas mal de sujets, d'ordre intérieur essentiellement, dont un intéressant : comment l'OSE va concilier l'obligation statutaire qu'elle a édicté d'appartenir à la faitière avant d'adhérer à l'OSE avec la démission de ladite faitière d'une association de Suisses en France. Notons au passage que cette démission qui n'a rien d'unique a été causée notamment par les irrégularités des élections UASF en France, et que la "règle OSE" n'est le plus souvent pas appliquée dans d'autres pays, les présidents des associations actives étant souvent dubitatifs sur l'utilité des faîtières.   

Bon. Il est 18h30 .. la séance ne va pas tarder à se terminer et ... comment dire ... bref ... vous lirez sur les médias habituels le compte-rendu officiel, qui comme d'habitude a été écrit la semaine dernière, les votes du CSE étant, comme on le sait, sans influence sur le cours des choses.  

vendredi 16 janvier 2015

Même quand la caravane est passée, les chiens continuent d'aboyer

Pourtant, il s'est trouvé plusieurs voix pleine de sagesse pour recommander à ceux à qui les opinions publiées par Suisse Magazine ne plaisaient pas de tout simplement les ignorer.

C'était la solution raisonnable, résumée d'ailleurs par deux contributeurs sous la forme The best thing to do is to no longer mention Philippe Alliaume  ou sous la forme Now we should turn a cold shoulder to this persona non grata and simply ignore him.

Lire la suite...

mercredi 14 janvier 2015

Pour en finir avec les gesticulations de Swisscommunity

Tout ceci ou presque a déjà été publié, mais malheureusement il y en a qui ont la comprennette un peu dure. Répétons donc.

Lire la suite...

Quand les censeurs hurlent à la censure

L'équipe de marrants de Swisscommunity qui crie à la censure, on aura tout vu.

Lire la suite...

mardi 13 janvier 2015

Les sujets dont Swisscommunity n'aime pas parler.

Ce n'est pas de la censure, c'est juste que quand on en parle, on ennuie et on se fait virer .. rien de plus. 

La source est de première main, c'est .... la Revue Suisse dans sa partie "bulletin consulaire". 

Lire la suite...

jeudi 8 janvier 2015

Fruhlingsputz

Justice is done, aurait dit Barack.

Lire la suite...

- page 2 de 4 -