Le blog de Suissemagazine

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 11 novembre 2016

Suisses de l'étranger et Postfinance

Postfinance élague la rémunération de ses comptes, augmente ses tarifs

Berne (awp) - Postfinance abaisse encore les taux d'intérêts sur les comptes de ses clients à compter du 1er janvier et fixe la limite pour des intérêts positifs à 250'000 CHF ou 200'000 EUR, contre respectivement 500'000 CHF et 350'000 EUR jusque là. Le bras financier du géant jaune explique ces pratiques "impopulaires" par la persistance des taux bas notamment, ainsi que par l'interdiction qui lui est faite de générer des revenus au moyen de l'octroi de crédits, dans un communiqué vendredi.


Dès l'année prochaine, le taux d'intérêt pour les comptes d'épargne de la clientèle commerciale et associative, en francs comme en euros, sera purement et simplement biffé, contre encore +0,05% actuellement. Le compte de libre passage, ou 2e pilier, ne sera plus rémunéré qu'à 0,05%, contre 0,2%. Le compte de prévoyance 3a passera à 0,3% (0,5%), les comptes jeunesse et formation à 0,25% (0,5%) et le compte épargne jeunesse à 0,55% (0,8%).


L'entrée en vigueur au 1er janvier de l'échange automatique de renseignements entre la Suisse et des Etats tiers génèrent de frais élevés pour la gestion des comptes de clients domiciliés à l'étranger. Postfinance augmente conséquemment les frais de gestion pour les comptes privés et commerciaux de cette clientèle à 25 contre 15 CHF.


L'encaissement des chèques "sauf bonne fin" passera également de 15 à 25 CHF et celui des chèques "après encaissement" de 40 à 60 CHF.


La commission de 1% sur les avoirs des clients fortunés, jusqu'ici calculée sur une base individuelle, sera généralisée à tous les détenteurs de plus de 1 mio CHF. Les avoirs de l'ensemble des comptes privés et d'épargne seront pris en compte dans ce calcul.

mercredi 2 septembre 2015

La Suisse continue de lâcher du lest face à l'Europe

Les données volées seront-elles bientôt acceptables dans le cadre de l'entraide ?

Lire la suite...

lundi 27 juillet 2015

le fête nationale suisse vue par un fiscaliste français

Quelques petites erreurs "idiomatiques", mais un excellent blog au demeurant

Lire la suite...

vendredi 17 juillet 2015

Les banquiers suisses punissent l'UDC

Les banquiers n'ont pas apprécié l'initiative contre l'immigration de masse qui les empêche de "pouvoir trouver leurs collaborateurs rapidement et sans bureaucratie"  ( lire embaucher des frontaliers et des étrangers.

Alors à titre de représailles elle exclut notamment l'UDC de ses séances de média training.

http://www.24heures.ch/suisse/politique/banques-laissent-tomber-udc/story/15638612


Et sinon .. le dossier des services bancaires pour les suisses de l'étranger .. il avance ? 

mardi 10 février 2015

Affaire HSBC quand les journalistes perdent pied

Les journalistes transformés en auxiliaires de police pour aider une brigade financière qui manque cruellement de ressources et au passage en auxiliaires de communication politiques pour sortir au bon moment le message souhaité par le pouvoir.


Les héros du jour sont un français employé à Genève par une banque suisse et qui a cherché à tout prix à se faire des recettes de poche en vendant des documents volés et une directrice de la communication d'une filiale française de banque suisse, qui ne comprenait pas bien de quoi il retournait, a été licenciée, puis a collaboré pendant des années avec la brigade financière mais pleurniche de médias en médias qu'elle n'a pas été payée pour cette "mission civique", et qu'elle est au RSA (malgré le livre qu'elle a sorti l'année dernière et qui a du moins se vendre .. faut croire que Merci pour cette trahison ne fait pas recette). 

On comprend mieux la hargne de certains journalistes à attaquer la Loi Macron et à protéger leurs sources. Quand le journalisme d'investigation agit sur ordre et publie dans le sens du vent, la démocratie préfère sans doute ignorer que la source du journaliste est .. la police.

Enfin, il reste quelques journalistes pour écrire avec un peu de recul sur le sujet, dont Myret Zaki.

http://www.bilan.ch/myret-zaki/redaction-bilan/swissleaks-linvestigation-commandee

Affaire HSBC quand les journalistes perdent pied.

Les journalistes transformés en auxiliaires de police pour aider une brigade financière qui manque cruellement de ressources et au passage en auxiliaires de communication politiques pour sortir au bon moment le message souhaité par le pouvoir.


Les héros du jour sont un français employé à Genève par une banque suisse et qui a cherché à tout prix à se faire des recettes de poche en vendant des documents volés et une directrice de la communication d'une filiale française de banque suisse, qui ne comprenait pas bien de quoi il retournait, a été licenciée, puis a collaboré pendant des années avec la brigade financière mais pleurniche de médias en médias qu'elle n'a pas été payée pour cette "mission civique", et qu'elle est au RSA (malgré le livre qu'elle a sorti l'année dernière et qui a du moins se vendre .. faut croire que Merci pour cette trahison ne fait pas recette). 

On comprend mieux la hargne de certains journalistes à attaquer la Loi Macron et à protéger leurs sources. Quand le journalisme d'investigation agit sur ordre et publie dans le sens du vent, la démocratie préfère sans doute ignorer que la source du journaliste est .. la police.

Enfin, il reste quelques journalistes pour écrire avec un peu de recul sur le sujet, dont Myret Zaki.

http://www.bilan.ch/myret-zaki/redaction-bilan/swissleaks-linvestigation-commandee

lundi 19 janvier 2015

Jusqu'où ira le Franc Suisse

Beaucoup de choses ont déjà été dites, mais avec peu de recul.
Petit tour de la situation.

Lire la suite...

samedi 17 janvier 2015

Les spéculateurs contre le franc suisse .. ont perdu gros

Paradoxalement, ceux-là aidaient la BNS en espérant profiter d'une baisse du franc suisse qui aurait arrangé ausis bien la BNS, chargée à ras bord d'euros que les exportateurs et l'industrie du tourisme.

Mais voilà, spéculer contre le franc suisse est un sport qui a toujours été très dangereux. 

Lire la suite...

vendredi 16 janvier 2015

Vote électronique des Suisses de l'Etranger. Où bloque le processus en fait

Encore un sujet où la réalité est plus complexe que ce qu'on voudrait vous faire croire.

Lire la suite...

jeudi 7 août 2014

Ecopop et les Suisses de l'Etranger

Que de bétises n'aura-t-on pas lues sur cette initiative. La palme en revient d'ailleurs à la Revue Suisse et à l'OSE qui gesticule sur le sujet.

Lire la suite...

mercredi 23 juillet 2014

Hold up franco-suisse

 Wanted, UBS

Caution and reward : 1.1 milliard d'euros

http://www.capital.fr/bourse/actualites/ubs-mise-en-examen-a-paris-pour-blanchiment-de-fraude-950487

mercredi 3 avril 2013

Ca cause, ça cause ( Cahuzac)

Audiard disait J’ai été enfant de choeur, ancien combattant, militant socialiste et patron de bistrot. C'est dire si j'ai entendu des conneries... Je ne revendique aucune de ces qualités, mais j'entends de belles.

Parmi ce que les confrères radotent en boucle depuis hier, vous aurez noté le compte dont M. Cahuzac a reconnu l'existence hier n'ayant pas été alimenté depuis 10 ans, il y a prescription. Ah bon ? Ben c'est pas ce que raconte notre rubrique droit franco-suisse, qui elle continue de penser que la déclaration d'un compte à l'étranger est une obligation annuelle, et que chauqe année sans déclaration fait repartir le compteur de prescription du délit.

Depuis le début de cette affaire, les âneries volent bas, à l'exception notable de Médiapart et du Canard qui ont parfois fait part de leurs doutes mais jamais affirmé une grosse bétise avec le même aplomb que d'autres.

La meilleure est restée longtemps entre les mains du JDD et de M. Moscovici, inventeurs de la célèbre procédure inconnue en Suisse qui permettrait à la Suisse d'attester que M. X n'est ayant droit économique d'aucun compte.

Mais la vraie question est de savoir si le pouvoir local a été naif ou a menti. J'espère sincèrement qu'il a menti. Il ne serait pas le premier.

S'il est de bonne foi, ça fait peur.

jeudi 15 mars 2012

Secret Bancaire

Par Philippe Alliaume Levons le voile

Lire la suite...

dimanche 15 janvier 2012

Secret bancaire

Secret bancaire 2 novembre 2011 : Dans un courrier adressé à certains de ses clients américains, Credit Suisse informe qu’il s’apprête à transmettre leur nom aux autorités helvétiques, dans le cadre d’une demande d’entraide administrative formelle déposée auprès de l’Administration fédérale par le fi sc américain.

Lire la suite...