Le blog de Suissemagazine

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 7 mai 2017

Elections présidentielles

Or donc, pour éviter les mauvais symboles, le nouveau président de la République a refusé de faire la fête à la Concorde ou à la Bastille et a choisi les Tuileries.

Les 600 morts suisses du 10 Août apprécieront.

lundi 1 mai 2017

En France, son homologue court toujours ..

Un espion suisse arrêté en Allemagne

Un Suisse arrêté à Francfort la semaine dernière aurait travaillé depuis 2012 pour le Service de renseignement de la Confédération. Il enquêtait sur les procédures de lutte contre l’évasion fiscale et l’achat de CD volés

Les CD volés de données bancaires s’invitent une nouvelle fois dans la campagne électorale allemande. Berlin comme Berne ont confirmé vendredi dernier l’arrestation à Francfort d’un Suisse de 54 ans. Daniel M. est soupçonné d’avoir travaillé depuis début 2012 pour les services de renseignements helvétiques.

Lutte contre l’évasion fiscale

Des perquisitions ont été menées dans plusieurs appartements, chambres d’hôtel et bureaux. En Allemagne, l’homme aurait eu pour mission de «faire la lumière sur les procédures de lutte contre l’évasion fiscale, et tout particulièrement sur l’achat des CD volés», selon les explications de son avocat allemand. Le supposé espion devait notamment fournir à la Confédération la liste des noms des inspecteurs du fisc allemand impliqués, ainsi que l’organisation des filières d’achat des données bancaires suisses. Selon le quotidien Sonntagsblick, Daniel M. serait un ancien policier, ayant ensuite travaillé pour les services de sécurité d’une grande banque suisse et travaillant en parallèle comme indépendant pour le Service de renseignement de la Confédération (SRC).

L’annonce de cette arrestation relance un conflit qui semblait enterré entre l’Allemagne et la Suisse, depuis l’accord «Rubik» de mai 2015, qui prévoit l’échange automatique d’informations bancaires entre les deux pays à partir de 2018. Vu d’Allemagne, Rubik signait la fin du secret bancaire.

Elections régionales

L’interpellation de Daniel M. survient en pleine campagne pour les élections régionales en Rhénanie-du-Nord-Westphalie (NRW), le 14 mai prochain. Tout à la fois le plus peuplé d’Allemagne (18 millions d’habitants), l’un des plus riches mais aussi l’un des plus endettés, ce Land est dirigé par les sociaux-démocrates et les Verts et se veut à la pointe de la lutte contre l’évasion fiscale.

Le gouvernement régional de Düsseldorf a acheté 11 CD de données bancaires volées depuis 2010, pour un coût total de 18 millions d’euros. 120 000 fraudeurs du fisc allemand se sont dénoncés dans la foulée pour échapper aux poursuites. Le fisc allemand a pu récupérer ainsi 7 milliards d’euros d’arriérés fiscaux et de pénalités, dont 2,4 milliards pour le Land.

«Nous achetons des CD de données car c’est la seule façon de mener la lutte contre l’évasion fiscale», se défend le ministre des Finances du Land, Norbert Walter-Borjans, souvent appelé le «Robin des Bois des contribuables.» Ce social-démocrate de 60 ans a fait de la lutte contre la fraude au fisc l’une de ses priorités en politique, soutenu en la matière par le ministre fédéral des Finances, Wolfgang Schäuble (CDU).

«Un soi-disant changement de mentalité helvétique»

Norbert Walter-Borjans est remonté au créneau après l’annonce de l’arrestation de Daniel M.: «Si la Suisse répond en envoyant des espions en Allemagne pour aider les fraudeurs du fisc et les soutiens dont ils disposent du côté des banques, ça ne plaide pas vraiment en faveur du soi-disant changement de mentalité de l’industrie financière suisse» défendu par les autorités helvétiques.

Daniel M. risque en Allemagne une peine de 5 ans de prison. Les activités d’espionnage sont passibles de jusqu’à 10 ans d’emprisonnement, dans les cas particulièrement graves.

dimanche 30 avril 2017

Ueli Steck échoue sur le "dernier problème"

Ueli steck, la "machine suisse" et un des plus grands alpinistes des temps modernes vient de perdre la vie dans l'Himalaya en dévissant lors de sa tentative de cumuler Everest et Lhotse en 48 heures et sans oxygène.

Nous avions parlé à de nombreuses reprises des exploits de  ce sportif hors du  commun qui laisse un grand trou dans le monde de la montagne.

Congrès UASF Vichy 2017

Voilà ... la terrible absence de suspens vient de prendre fin. Il y avait 13 candidats aux 12 emplois fictifs de conseiller au CSE.

Pour éviter de vexer qui que ce soit, on a créé un 13ème poste encore de fictif-suppléant afin de pouvoir donner un hochet à tout le monde.

Ce ne sont pas des élections mais des nominations/cooptations, puisque l'UASF qui ne craint pas le ridicule, continue de refuser de faire voter les 200 000 suisses de France et se contente de faire voter une quarantaine de présidents auto-proclamés.

Un programme ? Certainement pas, on attendra les ordres de Berne pour savoir ce qu'on doit penser.  Le pauvre journaliste de service en a été pour ses frais et a dû faire parler les "délégués" sur leurs intentions de vote Macron.

En résumé,  une majorité voteront Macron, en admettant ne pas savoir qui il est ni quel est son programme, mais parce que ça vaut mieux que l'autre.

Bref, une élection avec des candidats par défaut, un taux d'abstention forcée très élevée et ... le tout à Vichy ... on ne saurait mieux résumer les rapports de  l'UASF et de la démocratie.  

Signalons également qu'un organisme portant le nom du GEHP a contribué à salir la mémoire des fondateurs de ce dernier en participant activement à cette mascarade. 

lundi 24 avril 2017

Forces aériennes suisses

http://www.24heures.ch/vaud-regions/jet-met-alerte-forces-aeriennes-suisse/story/12031973

«L'Armée de l'air française a exprimé ses remerciements pour le traitement du cas mais a renoncé à prendre elle-même d'autres mesures», précise le communiqué du Département de la défense.

(sic)

mercredi 19 avril 2017

et si vous veniez visiter un de nos 1111 musées

http://www.tdg.ch/suisse/suisse-pays-1111-musees/story/14780466

samedi 15 avril 2017

le GSSA et ses mamies .... flingueuses

http://www.20minutes.fr/insolite/2050311-20170414-82-ans-tague-banque-nationale-suisse-denoncer-investissements-armes

Il est temps de changer ses euros contre des francs

http://bfmbusiness.bfmtv.com/bourse/une-banque-suisse-conseille-d-echanger-ses-euros-contre-des-francs-1142537.html

mercredi 12 avril 2017

Les concerts de la famille OESCH

http://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/suisse-portrait-famille-yodelien-1234073.html

mardi 11 avril 2017

Les Suisses friands de journaux papiers

La presse imprimée résiste en Suisse, la consommation en ligne progresse

Le Blick est le seul quotidien suisse à être plus consulté sur le web qu'en version papier.
La presse imprimée résiste en Suisse, la consommation en ligne progresse Le Journal du matin / 1 min. / à 06:00
Dans un contexte morose, la consommation de presse imprimée est restée dans l’ensemble stable ces derniers six mois en Suisse, selon les chiffres publiés mardi. Le trafic sur les sites internet des médias, quant à lui, continue de croître.

Alors que le paysage médiatique romand vient d'être secoué par la disparition de L'Hebdo et les licenciements au Temps, les chiffres publiés mardi par l'organisation Recherches et études des médias publicitaires (REMP) offrent plutôt une image de stabilité.

L'étude de l'audience totale (print + online) confirme que l'offre en ligne réunit désormais globalement un tiers des lecteurs, une tendance qui s'inscrit à la hausse.

20 Minutes premier, mais en recul

Le titre gratuit 20 Minutes, avec ses pendants alémanique et tessinois, reste le média le plus lu de Suisse, avec une pénétration nette de 2,8 millions de personnes, dont près de 900'000 consomment exclusivement les versions en ligne.

Si l'intérêt pour le journal 20 Minuten est resté stable depuis le dernier pointage en octobre dernier, l'édition papier en français a perdu plus de 30'000 lecteurs (de 497'000 à 465'000).

La majorité des titres romands ont réussi à garder leur lectorat, voire à le faire progresser. Ainsi, le Journal du Jura a maintenu ses 19'000 lecteurs (et le journal édité à Bienne en a gagné un millier dans l'espace germanophone, à 4000). Même stabilité à L'Impartial (30'000) ou encore à La Côte (16'000).

Le Temps rattrape la Tribune

Le Temps a gagné 10'000 lecteurs en six mois pour son édition imprimée (de 98'000 à 108'000). Le titre atteint désormais un même nombre de lecteurs que la Tribune de Genève (qui passe de 107'000 à 108'000 lecteurs).

Le journal publié à Genève peut encore se targuer d'une audience plus large sur Internet, avec 72'000 utilisateurs uniques par jour (contre 43'000 pour Le Temps).

La Liberté a elle gagné 5000 lecteurs pour s'établir à 90'000 (sans compter les 9000 lecteurs en Suisse alémanique, +1000). Autres titres romands ayant vu leur lectorat augmenter: le gratuit GHI (Genève Home Informations), qui passe à 153'000 lecteurs (contre 145'000 il y a six mois), L'Illustré, qui engrange 3000 lecteurs (à 311'000), ou encore 24 Heures (de 168'000 à 175'000). Le quotidien vaudois affiche par ailleurs 78'000 lecteurs sur ses pages en ligne, une fréquentation en hausse.

Mais la palme de la plus forte progression revient à la revue spécialisée Terre & Nature, qui a attiré plus de 20'000 lecteurs supplémentaires depuis octobre (de 86'000 à 108'000).

Le Matin et Le Matin Dimanche perdent des plumes

Parmi les journaux qui ont perdu des plumes figurent une nouvelle fois Le Matin (de 239'000 à 235'000) ainsi que son pendant dominical Le Matin Dimanche (de 418'000 à 405'000). A noter que la fréquentation sur la version en ligne du quotidien orange progresse, avec 140'000 utilisateurs chaque jour.

Autres titres romands en légère perte de vitesse dans le "print": Le Nouvelliste (de 116'000 à 107'000), Le Quotidien Jurassien (de 47'000 à 44'000) ou encore L'Express (de 49'000 à 44'000). Le gratuit Lausanne-Cités est aussi en recul (de 111'000 à 106'000), tout comme le magazine économique Bilan (de 59'000 à 57'000).

Au-delà de ces mouvements à la hausse ou à la baisse, la REMP rappelle qu'avec un taux de pénétration global de 94% pour les éditions papier, les Suisses restent de grands consommateurs de journaux.

ats/ptur

https://www.rts.ch/info/suisse/8533751-la-presse-imprimee-resiste-en-suisse-la-consommation-en-ligne-progresse.html

jeudi 6 avril 2017

le Général Guisan vendu aux chinois !!!!! sans blague

Mais non, on ne vous parle pas politique et sécurité militaire, on vous parle commerce

http://www.24heures.ch/suisse/Le-GeneralGuisan-vendu-aux-Chinois/story/27276092

mardi 4 avril 2017

regards ( anecdotiques) d'un Suisse sur le monde

un classe politique pas si déconnectée de la base

https://www.politicregion.fr/article/un-dirigeant-suisse-dresse-un-etat-du-monde-des-anecdotes

vendredi 31 mars 2017

La pollution du Léman par Hispano-Suiza, actuellement groupe Safran

http://www.tdg.ch/geneve/arsenal-git-fond-leman-genevois/story/14140773

150 à 1 000 tonnes de matériel de guerre largué dans le Léman au large de Genève.


Merci ...qui


Ben Merci David qui a signalé les 0 inutiles dans la news mal relue.

le meilleur poisson d'avril du monde de l'histoire est suisse

http://www.lenouvelliste.ch/articles/lifestyle/buzz/le-meilleur-poisson-d-avril-de-tous-les-temps-est-suisse-selon-un-site-specialise-en-fake-news-654545

jeudi 30 mars 2017

Période électrorale française, la France redécouvre le système Suisse

http://www.ouest-france.fr/europe/suisse/en-suisse-le-peuple-le-dernier-mot-4888085

un peu "marronnier" mais bien écrit

mardi 28 mars 2017

L'OSE et ses Suisses de .... troisième classe

Comme le dit le communiqué de l'OSE, non, les  Suisses de l'étranger ne sont pas des Suisses de deuxième classe;

Réunion du CSE: Les Suisses de l'étranger ne sont pas des Suisses de seconde classe

Le Conseil des Suisses de l'étranger (CSE) se réunissait ce samedi 25 mars à Berne pour la dernière séance de la législature 2013-2017. La discrimination bancaire, les relations Suisse-UE et la présence mondiale des médias publics suisses ont été évoquées.

 

Plainte contre PostFinance : retrait de la résolution. Les années passent et les banques suisses continuent de mettre des bâtons dans les roues des Suisses de l’étranger qui veulent maintenir une relation bancaire avec leur pays d’origine. Alors qu’une partie du Conseil des Suisses de l’étranger voulait exprimer son ras-le-bol en attaquant en justice la banque PostFinance, la majorité a finalement décidé de privilégier la voie du dialogue avec la Confédération et le secteur bancaire helvétique. Le CSE a donc chargé le comité de l’OSE de s’emparer maintenant du dossier de la discrimination bancaire et proposer des solutions d’ici au Congrès d’août 2017.

Grâce au CSE, ils vont devenir des Suisses de troisième classe.
Heureusement, ils n'ont pas de mémoire et oublient que les "négociations" qu'ils ont confiées à l'OSE ont déjà eu lieu il y a des années et se sont heurtées pour partie à des fins de non recevoir et pour partie à des promesses ridicules de l'OSE dont nous vous avons dit ici même qu'elles ne tiendraient pas la route, ce qui s'est une fois de plus vérifié.

Et pendant ce temps là nos lecteurs, eux (1), continuent de bénéficier  de services bancaires suisses tout à fait "normaux", et non menacés de clôture.

Vous n'avez besoin de rien ? L'OSE a ce qu'il vous faut.

(1) offre valable dans 15 pays uniquement mais qui représentent ensemble un très gros % des expatriés.

vendredi 24 mars 2017

La Suise est un des principaux créateurs d'enploi en France

https://www.letemps.ch/economie/2017/03/23/suisse-lun-plus-grands-createurs-demplois-france-2016

La Suisse est l’un des plus grands créateurs d’emplois en France en 2016

La Suisse soutient les exportations françaises. Elle est quatrième au sein du Top 5 des exportateurs sous contrôle étranger, selon un rapport sur l’internationalisation de l’économie française. Elle a également créé 1028 emplois à travers 43 investissements, selon un rapport

A la présentation du bilan des investissements étrangers en France, le rôle de la Suisse n’a guère été évoqué. Il est vrai que le «rapport sur l’internationalisation de l’économie française», établi par «Business France», compte 215 pages. Pourtant la Suisse fait partie des principaux investisseurs chez nos voisins.

A lire aussi: France-Suisse: dix raisons de coopérer

En 2016, 43 investissements suisses ont été recensés en France permettant de créer ou de maintenir 1028 emplois, dont 333 en Île-de-France et 225 dans le «Grand-Est». Au total, les investissements étrangers se sont traduits par 30 108 emplois créés ou maintenus l’an dernier. La Suisse s’inscrit au septième rang en termes d’emplois créés, au sein d’un classement mené par les Etats-Unis, avec 6802.

Premier pays d’accueil des investissements suisses en Europe

«Les investisseurs étrangers plébiscitent notre territoire», se félicite Muriel Pénicaud, ambassadrice déléguée aux investissements internationaux, en ouverture du rapport. Elle ajoute que 74% (+9%) des décideurs étrangers jugent la France «attractive».

La Suisse est omniprésente dans ce rapport. Au sein des moteurs des exportations françaises vers l’Europe, la Suisse arrive en tête (+11%), devant le Portugal (+7,4%) et la Pologne (+6%). La Suisse figure au quatrième rang, avec 8%, du Top 5 des exportateurs sous contrôle étranger. Les Etats-Unis sont en tête, avec 29%, devant l’Allemagne, avec 14%.

A lire aussi: Amazon crée 15 000 emplois en Europe

En 2016 la France est le 1er pays d’accueil des investissements suisses créateurs d’emplois en Europe, avec 23% du total. Elle devance même l’Allemagne (20%), la Pologne et le Royaume-Uni (9% chacun).

Une start-up vaudoise et bien d’autres

La start-up vaudoise Digital Partners a développé une plateforme technologique («Bloom») qui permet l’analyse de l’opinion sur les réseaux sociaux et qui prévoit la création de 40 emplois en trois ans en Île-de-France.

A lire aussi: Le bâlois Lonza et le français Sanofi misent sur les médicaments biologiques

Clariant a entamé l’installation d’une unité de recherche et développement dédiée aux produits actifs en cosmétologie à Toulouse, ce qui crée 30 empois. Novartis est en expansion en Alsace. Pour un investissement de plus de 150 millions de francs, ce qui crée une centaine d’emplois en trois ans, le groupe pharma produit cinq cellules thérapeutiques issues de la culture de cellules animales modifiées génétiquement. Swiss Life a créé 150 emplois en France en Île-de-France dans le domaine de la prévoyance.

Les investissements suisses privilégient la production (30%), devant les centres de décision (19%). Les secteurs visés sont très diversifiés, avec le transport (12%), les équipements électriques et électroniques (9%), les machines et équipements mécaniques (9%), l’agroalimentaire (9%).

150 000 emplois dans les groupes suisses en France

Au total, plus de 2200 entreprises suisses sont présentes en France où elles emploient plus de 150 000 personnes. Le plus important, en termes d’emplois, est Nestlé (15 000 à 20 000), mais on trouve aussi des géants comme Kühne dans le transport (9000-10 000) ou Adecco (5000-6000).

Au sein du Top 10 des investisseurs en Europe, Nestlé figure au septième rang. L’Allemand Schwarz arrive en tête, devant Amazon, Deutsche Post et Ryanair.

lundi 20 mars 2017

La Suisse, un pays qui interdit le "no kill" mais ce n'est pas forcément contre l'intérêt des poissons

http://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/pecheurs-cachent-tuer/story/12593962

samedi 18 mars 2017

Les Suisses dans la légion étrangère

Un passionnant ouvrage qui vient de sortir

https://www.letemps.ch/suisse/2017/03/17/suisses-legion-une-saga-sang-fidelite

vendredi 17 mars 2017

une intéressante analyse sur la presse suisse

L’avenir de la presse suisse passe par le digital

Les apports de la publicité doivent être remplacés par de nouvelles ressources telles que les conférences et l’événementiel. Or, la Suisse concentre un grand nombre d’événements de portée mondiale, estime Patrick Aebischer

La récente disparition du journal l’«Hebdo» a frappé les esprits en Suisse romande. La diminution drastique des recettes publicitaires explique en grande partie cette décision. Cette tendance ne va pas s’améliorer, en particulier pour les journaux qui ont un lectorat limité telle qu’en Suisse romande. Il est donc urgent d’inventer un nouveau «business model».

Selon une toute récente étude de l’ACPM (alliance pour les chiffres de la presse et des médias), la lecture de la presse sur support numérique (53%) a dépassé pour la première fois celle sur format papier (47%). Ce constat est une excellente nouvelle, car il confirme la disparition progressive de la limitation du support physique. Désormais, c’est la qualité de l’information et non le support qui compte, les barrières entre les différents supports ne cessant de s’estomper.

Le multilinguisme comme horizon

En parallèle, les progrès technologiques offrent de nouvelles opportunités. Les avancées de l’intelligence artificielle sont suffisamment importantes pour envisager que la traduction automatique assistée d’un bon éditeur devienne une réalité dans un avenir pas trop lointain. Ce développement devrait permettre de s’affranchir de la dimension linguistique et d’atteindre un lectorat beaucoup plus important. La Suisse, avec sa tradition polyglotte, qui comprend également l’anglais, constitue un formidable terreau pour une offre multilingue d’un journal.

Le récent développement du «big data» permet d’améliorer la qualité et le «fact checking», et ce d’autant plus s’il est associé à du «crowdsource editing» à l’image de ce que réalise par exemple Wikipédia. Fait révélateur, la première décision de Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, lorsqu’il a acquis le «Washington Post» a été d’engager des spécialistes du «big data». Combien de journalistes suisses maîtrisent efficacement ces nouveaux outils?

Les apports de la publicité doivent être remplacés par de nouvelles ressources telles que les conférences et l’événementiel. Or, nous avons en Suisse de beaux exemples d’events mondiaux – et profitables – tels que le World Economic Forum.

Pour les fondations, contre les subventions publiques

Ne nous focalisons pas trop sur les événements régionaux. Osons l’ambition. Elaborons le futur du divertissement, du sport ou de la gouvernance internationale au travers de la présence en Suisse d’événements de portée mondiale dans le domaine de la culture (Montreux Jazz Festival, Verbier Festival, Art Basel etc.) ou du sport avec la présence sur l’arc lémanique de la majorité des organisations sportives mondiales ou des organisations internationales à Genève. Autant d’opportunités à saisir pour la Suisse, et la Suisse romande en particulier.

La Suisse est le pays qui a le plus de fondations au monde par habitant, y inclus de très grandes. Avec une ambition globale, il sera plus facile d’approcher ces fondations en leur demandant de contribuer à la création d’un «endowment» qui permettrait, entre autres, de financer la composante régionale de l’information.

Dans tous les cas, évitons à tout prix le piège du financement de la presse par des subventions publiques. Le monde a un grand besoin de ce quatrième pouvoir que constitue la presse. Son indépendance du pouvoir politique est vitale pour le futur de nos démocraties.

La Suisse a été lente à embrasser la révolution digitale, sa presse encore plus. Nous en payons le prix aujourd’hui. Il est donc urgent de réagir.

- page 2 de 69 -