Le blog de Suissemagazine

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 31 mai 2019

L'Autre Chemin de Michel Bühler chez Campiche / Campoche


250 pages de chroniques de Michel Bühler, qui a éditorialisé pendant une décennie les temps "modernes" dans le Courrier et Résistance. 

Le site de Bühler  http://www.michelbuhler.com/

Le lien où commander l'ouvrage : https://campiche.ch/pages/campoche_oeuvres/Chemin.html

Lire la suite...

dimanche 26 mai 2019

la tv suisse se recroqueville

À partir du 3 juin Télévision: la Suisse va fermer ses frontières

À partir du 3 juin, les programmes de la Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR) ne seront plus diffusés par antenne, disparaîtront des offres des câblo-opérateurs français et ne seront plus accessibles par satellite, sauf pour les citoyens suisses.

 
Un message informant les téléspectateurs de l’abandon de la TNT le 3 juin apparaît depuis début janvier sur les chaînes suisses. Photo L’Alsace/Jean-François Frey

« Une date historique. » C’est ainsi qu’un lecteur qualifie d’avance la date du 3 juin prochain, jour de l’arrêt de la diffusion des chaînes de télévision suisses hors des frontières du pays.

Cette disparition est d’abord liée à une contrainte budgétaire. Si l’initiative populaire « No Billag », visant à supprimer la redevance, a été rejetée par 71,6 % des votants l’an dernier, cette redevance a été plafonnée et la Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR) est désormais contrainte de réaliser 100 millions de francs d’économies par an.

Des raisons budgétaires avant tout

Constatant qu’en 2018, seul 1,4 % des ménages suisses possédant un téléviseur regardaient ses chaînes via la TNT, elle a décidé d’arrêter ce mode de diffusion, ce qui lui permettrait d’économiser 10 millions par an à partir de 2020.

Donc, plus de diffusion par antenne terrestre à compter du 3 juin, comme l’annonce, depuis plusieurs semaines, un bandeau déroulant sur les chaînes concernées. Mais les restrictions sont encore plus larges, puisque la SSR profite de ce changement technologique pour reprendre le contrôle total de ses programmes, à contre-pied des logiques de diffusion mondiale observées dans l’audiovisuel.

« La SSR acquiert les droits des productions tiers (blockbusters, sport, documentaires, etc.) pour le territoire suisse uniquement, explique Lauranne Peman, porte-parole de la direction générale de la SSR. Or, la TNT est une technologie qui permet un débordement naturel des ondes (overspill) au-delà du territoire sur lequel nous sommes autorisés à diffuser ces productions ; il n’y a en effet aucun moyen technique de limiter la diffusion en fonction des frontières. Ce cas de figure, jusqu’alors toléré par les détenteurs des droits, n’a plus de raison d’être avec la fin de la diffusion par TNT. »

Résultat : les chaînes suisses vont également disparaître des bouquets audiovisuels des câblo-opérateurs français, comme SFR (qui proposait les chaînes SRF 1, RTS 1 et RTS 2) ou Vialis (dont les offres comprenaient les chaînes RTS 1, RTS 2, SRF 1 et RSI la 1). « Il n’existe pas de base légale permettant cette pratique, souligne au passage Lauranne Peman. La SSR est un média de service public financé à 75 % par la redevance des ménages suisses et elle acquiert en conséquence les droits de diffusion pour le marché suisse uniquement. Étendre l’acquisition de ces droits à l’étranger pour un marché plus large ne serait financièrement pas viable pour la SSR et ne répondrait pas à son mandat. »

Des droits acquis pour le seul marché suisse

Pour les mêmes raisons de droits d’auteur, les programmes de la SSR relayés par satellite seront désormais cryptés et seuls les ressortissants suisses pourront commander la carte d’accès nécessaire au décryptage (lire l’encadré).

La SSR souligne que ses productions originales (dont elle détient les droits) resteront visibles par les étrangers sur internet, via le site de rattrapage www.rts.ch/play/tv. « En tant qu’entreprise de média, nous n’avons aucun intérêt à restreindre l’accès au contenu que nous produisons », ajoute Lauranne Peman.

Mais pas question de regarder le « direct » sur internet, en tout cas pas depuis une adresse IP française. « Pour des raisons juridiques, cette vidéo n’est visible qu’en Suisse », est-il déjà écrit sur l’écran noir du site de la RTS, sans attendre le black-out total du 3 juin.

vpn : la parade sur internet

Pour continuer à regarder en direct les émissions des chaînes suisses depuis l’étranger, une parade existe, et elle est très simple à mettre en œuvre, pourvu qu’on dispose d’une connexion internet et d’un ordinateur, d’une tablette, ou d’un smartphone, éventuellement relié à un téléviseur via un appareil de type Apple TV ou Google Chromecast (ou mieux encore d’un téléviseur connecté de type « Smart TV »). L’accès aux émissions suisses se fait grâce à un VPN (virtual private network), système qui « domicilie » à volonté votre connexion internet ailleurs qu’à votre emplacement géographique réel : aux îles Bermudes, en Russie… ou bien en Suisse. Depuis quelque temps, les VPN connaissent un essor spectaculaire, pour des raisons plus ou moins avouables : ceux qui téléchargent allègrement en « peer-to-peer » (P2P) les utilisent pour se prémunir des foudres promises par la loi Hadopi ; d’autres petits malins ont bien compris que les catalogues des géants du streaming légal comme Netflix ou Amazon Prime sont plus ou moins fournis, selon qu’on y accède depuis les États-Unis ou la France.

Mais attention, les seuls VPN sérieux (NordVPN, HydeMyAss, CyberGhost, etc.) sont payants. La bande passante offerte par leurs serveurs, la liste des pays différents dans lesquels ils permettent de se « domicilier » (bien vérifier ce point avant d’arrêter son choix), la rapidité et la stabilité de la connexion : tout cela a un coût. L’offre commerciale est pléthorique, le bon grain s’y mêle à l’ivraie. Il faut compter autour de 100 euros par an pour l’usage d’un bon VPN, mais les offres promotionnelles peuvent diviser la facture de moitié.

Emmanuel DELAHAYE

Satellite : un accès exclusif

Nombreux en Alsace, les citoyens suisses ou franco-suisses pourront donc continuer à regarder les chaînes de la SSR grâce à la diffusion par satellite et moyennant l’acquisition exclusive de la carte Sat Access. Celle-ci peut être commandée en ligne (www.broadcast.ch/fr/sat-access) et activée par courriel (sataccess @broadcast.ch), ou par téléphone auprès du centre clientèle Sat Access de la SSR (hotline 0848.868.969). Prix : 60 CHF + 120 CHF de frais de distribution annuelle par carte (hors TVA). Chaque foyer a droit à deux car

samedi 25 mai 2019

une impayable carte de suisse

https://www.konbini.com/ch-fr/swissmade/en-images-voila-enfin-la-vraie-carte-hilarante-de-la-suisse/

Lire la suite...

samedi 18 mai 2019

Tisane suisse pour malade européen

http://www.agefi.com/home/news/detail-ageficom/edition/online/article/comment-la-suisse-peut-sauver-leurope-487678.html

Lire la suite...

jeudi 2 mai 2019

Langues et langages

https://www.lematin.ch/suisse/En-Suisse-on-mange-des-ptes-En-France-des-pattes/story/17642608

Lire la suite...

dimanche 14 avril 2019

Neutralité et bons offices

Bons offices : La Suisse est chargée de représenter les intérêts des Etats-Unis d'Amérique au Venezuela. Cependant, la mise en œuvre du mandat dépend encore du consentement du Venezuela.
Actuellement, la Suisse détient six autres mandats de puissance protectrice : elle représente les intérêts des USA en Iran, de la Russie en Géorgie, de la Géorgie en Russie, de l'Iran en Arabie saoudite, de l'Arabie saoudite en Iran et de l'Iran en Egypte.

samedi 13 avril 2019

de la confusion entre consterné et consternante

La meilleure étant "l'OSE dont le seul but a toujours été de permettre aux Suisses de l’étranger de participer au débat démocratique en Suisse"   que n'aurait pas reniée un stalinien spécialiste de la réécriture de l'histoire

Lire la suite...

mardi 9 avril 2019

Tintin chez les helvètes

https://www.capital.fr/entreprises-marches/comment-edf-a-englouti-une-fortune-en-suisse-1334423

Lire la suite...

vendredi 15 mars 2019

les chats d'un pays alpin sont des chalpinistes

https://creapills.com/echelles-chats-appartement-20190314?fbclid=IwAR0GSKSHid9Ere1w6xwbT4W8cz84S7bvsJuNN_WZe2i6YsWhDwRlM5BCWNI

mardi 5 mars 2019

chère la suisse ?

Un forfait saison à 350 €, dans 30 stations de ski ! La Suisse l'a fait

 
Crans-Montana fait partie des 30 stations qui ont adhéré au Magic Pass. Archives photo Le DL /S.C.

Jean-François Besson est le secrétaire général du Groupement transfrontalier européen (GTE). Chaque semaine, il nous livre une tranche de vie suisse. Aujourd’hui, le Magic Pass. Un forfait saison à 350€ avec la possibilité de skier dans 30 stations.

Imaginez un forfait valable toute l’année, pour toutes les stations du département ! Imaginez que ce forfait vous permette aussi bien d’aller skier une journée au Grand Massif en février que de monter en juillet à l’aiguille du Midi !

Enfin, imaginez que ce forfait vous soit facturé 350 euros ! Impossible ne doit pas être helvète, puisque nos voisins l’ont fait avec le Magic Pass. Pour réussir cet incroyable pari, ils sont partis d’un constat : la clientèle locale diminue d’année en année, même au pays du ski.

Comment faire revenir et fidéliser ces amateurs si ce n’est en leur proposant une offre exceptionnelle. Et en Suisse, dans ce pays du consensus, même les stations de ski peuvent se mettre d’accord. Pas sans mal, mais l’accord a été finalement trouvé. Et pas avec deux ou trois petites stations, 30 stations ont accepté dont Crans-Montana, Les Diablerets, Moleson, Zinal…

Une initiative qui a surpris le monde du ski

Le tarif, très bas a été calculé à partir d’un postulat simple : pour amortir un forfait saison il fallait, avant le Magic Pass, skier entre 16 et 24 journées suivant les stations. Or, nos voisins skieurs vont en moyenne une dizaine de fois par an au ski. Et 350€ cela correspond à une moyenne de six forfaits ! Résultat de l’opération, pour la saison dernière, 85 000 forfaits ont été vendus, en prévente. En septembre, les stations avaient ainsi réalisé 43 % de leur chiffre d’affaires pour l’hiver à venir. Une confortable avance de trésorerie !

Faire revenir sur les skis des personnes qui ne venaient plus

Vue de France, l’initiative helvète laisse perplexe les professionnels. Pour beaucoup cela ne créera pas de nouveaux skieurs et entraînera une baisse de rentabilité dommageable pour les stations elles-mêmes. Pourtant, le taux de skieurs locaux en France reste sous les 15 % dans nos régions dites de montagne, et le prix des forfaits demeure un élément clef de cette désaffection. Nos voisins estiment qu’avec cette offre ils vont faire revenir sur les skis des personnes qui ne venaient plus, et qu’ils vont permettre d’augmenter les chiffres d’affaires dans les restaurants, bars et commerces des stations.

En effet, avec un forfait saison, la tentation d’aller skier est plus grande, même si c’est pour deux heures. L’initiative a été renouvelée cette année et semble donner pleine satisfaction aux professionnels et aux skieurs suisses. Pour la France il faudra attendre et espérer !

>> Infos sur www.magicpass.ch  

samedi 2 mars 2019

Les universités suisses sur le podium

La Suisse grimpe à la 3e place mondiale des universités

Grâce, en particulier, à l'EPFZ, la Suisse atteint la troisième place du classement anglais QS. Les écoles hôtelières dominent spectaculairement le palmarès de leur catégorie, avec celle de Lausanne en première position

Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, puis la Suisse. Pour la première fois, le pays se place en 3e position des meilleurs systèmes de hautes écoles dans le monde dans le classement établi par QS World University Ranking, un institut britannique de conseil aux hautes écoles.

Selon l’échelle de Quacqarelli Symonds (QS), qui tient compte de différents indicateurs, l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) se situe dans les dix meilleurs établissements dans 22 domaines, neuf de plus que l’an dernier. La Suisse dépasse ainsi l’Australie et le Canada, a annoncé QS mardi soir.

Avec 235 indicateurs, les Etats-Unis se placent en tête, la Grande-Bretagne est deuxième avec 136 indicateurs. Le classement comprend 48 branches d’étude et évalue plus de 1200 universités de 78 pays.

Le triomphe des écoles hôtelières

Dans deux branches, les hautes écoles helvétiques sont même les meilleures du monde: l’Ecole Hôtelière de Lausanne, l’EHL, est passée du 2e au 1er rang. Au total, quatre établissements suisses se trouvent parmi les dix meilleurs dans le domaine «Hospitality & Leisure Management», plus que tout autre pays.

Outre l’EHL, Les Roches Global Hospitality Education (à Bluche, vers Crans-Montana), le Glion Institute of Higher Education (à Glion, Bulle et Londres) ainsi que la Swiss Hotel Management School (à Caux et Leysin) figurent meilleures écoles du monde en la matière selon QS.
A l'Ecole hôtelière de Lausanne, un reportage photographique de Peter Klaunzer, de l'agence Keystone, en mai 2017. Keystone

Comment est établi le classement?

Le palmarès se base notamment sur des milliers d’évaluations d’experts. D’une part, des académiciens jugent la réputation académique des domaines des différentes hautes écoles. D’autre part, les employeurs évaluent les diplômés.

QS tient également compte de la prestation scientifique, à savoir notamment le nombre de publications ou le nombre d’études citées par d’autres études. Ces critères ont particulièrement contribué cette année au succès des hautes écoles suisses.

De manière générale, le classement de QS est mieux considéré que celui, très médiatisé mais toujours succinct, de Shanghai, qui est publié en été.

Le dernier résultat de Shanghai: L’EPFZ reste dans l’élite des universités mondiales


L’EPFZ tire la Suisse vers le haut

L’autre placement au top mondial revient à l’EPFZ. Elle défend sa position de tête, qu’elle détient depuis plusieurs années, dans le domaine des biosciences. Elle s’améliore dans plusieurs autres domaines et se trouve désormais dans le «top 10» mondial dans treize branches. Ce sont ces progressions en particulier qui ont contribué à faire grimper le système suisse des hautes écoles au 3e rang mondial, explique QS.

Notre interview du nouveau président de l’EPFZ: Joël Mesot: «Si la recherche suisse se trouvait à nouveau déconnectée des réseaux européens, ce serait un désastre»

L’EPFL progresse

L’EPF de Lausanne et l’Université de Zurich se sont également améliorées dans deux, respectivement un domaine et se glissent dans les dix meilleures institutions au monde. Dans le domaine «Computer Science & Information Systems», l’EPFL passe du 18e rang au 8e (l’EPFZ est 9e) et dans le domaine «Engineering – Electrical & Electronic», l’école lausannoise progresse du 16e au 9e rang.

L’Université de Zurich a progressé en médecine dentaire de la 11e position à la 8e. Elle dépasse l’Université de Berne dans ce domaine, qui recule de la 7e à la 9e place.

mercredi 30 janvier 2019

La Suisse attire les talents

https://www.24heures.ch/suisse/La-Suisse-toujours-au-top-pour-attirer-les-talents/story/14747731

Lire la suite...

samedi 26 janvier 2019

Le franc suisse n'est plus une valeur refuge

https://www.letemps.ch/economie/franc-suisse-nest-plus-considere-une-valeur-refuge

Lire la suite...

mercredi 16 janvier 2019

Sujet qui est un marronier éculé, mais toujours amusant

https://www.francebleu.fr/infos/insolite/insolite-un-hotel-construit-a-cheval-sur-la-frontiere-franco-suisse-1547549256

Lire la suite...

vendredi 11 janvier 2019

Un bourre-pif, un

https://www.breizh-info.com/2019/01/10/109385/democratie-suisse-ferrand

Lire la suite...

vendredi 4 janvier 2019

les gesticualtions de JSF

https://www.swissinfo.ch/fre/affaire-joachim-son-forget-_les-fran%C3%A7ais-de-suisse-se-sentent-trahis-par-leur-d%C3%A9put%C3%A9/44656730

Lire la suite...

mercredi 2 janvier 2019

Un RIC-ard sinon rien

On entend des bétises sur la démocratie directe à la Suisse à faire ... jaunir un citron.

En annexe un petit article de Vigousse, le satirique romand .

Lire la suite...

samedi 29 décembre 2018

quand le journaliste a plus d'humour que son lecteur

https://www.laliberte.ch/news-agence/detail/le-journal-le-courrier-opere-un-virage-serre-a-droite/469489

Lire la suite...

lundi 24 décembre 2018

Au milieu d'un tomberau d'aneries jaunatres sur le RIC, la Croix remet l'église au milieu du village

https://www.la-croix.com/Debats/Forum-et-debats/democratie-directe-suisse-nest-pas-quon-croit-2018-12-23-1200991392

Lire la suite...

dimanche 9 décembre 2018

Quand on a pas de gilest jaunes, on a des investisseurs

https://www.lepoint.fr/monde/suisse-les-exiles-fiscaux-ne-reviennent-pas-en-france-08-12-2018-2277542_24.php?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&Echobox=1544270228&fbclid=IwAR0J8t295IovoFCQNgh-ZHOPjvdvBLtgWis7jUz5-GjG-QcT0PQ11d8aTec#xtor=CS1-31-%5BEchobox%5D

Lire la suite...

- page 2 de 77 -