Le blog de Suissemagazine

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 22 juillet 2019

si quelques françaises sont volontaires

https://www.letemps.ch/economie/suisse-soif-gourdes

Lire la suite...

la Suisse vend ses trains

https://www.capital.fr/entreprises-marches/la-suisse-vend-ses-vieux-trains-aux-encheres-1345372

Lire la suite...

mardi 16 juillet 2019

Naufrage programmé et annoncé

Une bonne raison d'y aller, ce pourrait bien être la dernière

La Fête des Vignerons fait râler le reste de la Suisse

En repoussant le début de sa première représentation, la manifestation fâche une partie des spectateurs qui viennent de loin et qui seront bloqués à Vevey pour la nuit.

Des dents avaient grincé quand les organisateurs de la Fête des vignerons ont repoussé la première à 19h, faute d'avoir vendu suffisamment de billets. Initialement prévue à 11h du matin, celle-ci faisait pourtant les affaires de ceux qui venaient de loin pour y assister. Notamment des Tessinois et Alémaniques, qui auraient eu le temps de rentrer chez eux en train le jour-même.

L'émission «Espresso» de la radio SRF parle «d'un affront» à cette partie du pays. Elle a tendu le micro à des Suisses mécontents et les réactions ont déferlé. Une spectatrice tessinoise, qui habite à plus de 4 heures de Vevey, n'aurait d'ailleurs pas été avertie de ce changement d'horaire, relate la RTS. Certains seniors, invités à une autre représentation en journée mais sans pouvoir être assis côte-à-côte, se sont vu refuser leur demande de remboursement.

Interrogée par nos confrères, la porte-parole de la Fête des Vignerons Marie-Jo Valente a souligné jeudi que le problème concernait moins d'1% des billets vendus et a assuré que les organisateurs n'ont «pas intérêt à embêter les gens, bien au contraire.»

lundi 15 juillet 2019

Il y a 60 ans un drapeau suisse sur la lune

https://www.tdg.ch/savoirs/incroyable-histoire-drapeau-suisse-lune/story/17518041

Lire la suite...

mercredi 10 juillet 2019

Valérie Boagno nous a quittés

Le Temps annonce une triste nouvelle, la disparition de Valérie Boagno.

https://www.letemps.ch/economie/valerie-boagno-disparue-pairs-lui-rendent-hommage?utm_source=twitter&utm_medium=share&utm_campaign=article

Nous en profitons pour republier l'hommage que lui rendit notre ami Jean-Clément Texier quand il lui remit les insignes de chevalier des arts et lettres

Lire la suite...

lundi 8 juillet 2019

finalement la Suisse c'est plus grand qu'on ne croit

La Patrouille Suisse survole la mauvaise commune

Alors qu'il devait survoler la commune de Langenbruck dans le canton de Bâle-Campagne, un escadron de la Patrouille Suisse a raté sa zone de survol samedi en passant au-dessus de Mümliswil, dans le canton de Soleure 

Un escadron de la Patrouille Suisse a raté d'environ 6 km un objectif de survol samedi. Au lieu de voler au-dessus de Langenbruck (BL), les avions de l'armée sont passés au-dessus de Mümliswil (SO). Des «circonstances malheureuses» sont à l'origine de cette erreur.

Le porte-parole de l'armée Daniel Reist a confirmé dimanche à Keystone-ATS une information de 20min.ch. Durant l'approche, le leader la Patrouille suisse a vu une grande zone de festival avec une tente à Mümliswil, ce qui l'a poussé à la survoler.


L'escadron aurait en fait dû passer au dessus de la commune de Langenbruck, où la commémoration du centième anniversaire de la mort du pionnier suisse de l'aviation Oskar Bider se tenait. Ce dernier est né dans la commune.

Au lieu de cela, les amateurs d'aviation de Mümliswil-Ramiswil, à quelques kilomètres de là, ont eu le plaisir de pouvoir admirer les appareils. Le 31e festival de yodel du Nord-Ouest de la Suisse avait lieu à cet endroit.

Une erreur pas inquiétante

Selon le porte-parole, l'erreur n'est pas inquiétante. Les pilotes de la Patrouille Suisse, tous équipés de Tiger F-5E, disposent d'instruments de plus de 40 ans. «La navigation se fait avec une carte, un feutre et la vue».


Le GPS ou d'autres technologies modernes n'existent pas dans ces avions. Ceux-ci ne sont donc plus adaptés aux opérations de combat et ne sont plus utilisés à cette fin. «En situation de crise, on ne pourrait toucher aucune cible», souligne M. Reist.

Et un rateau de plus un

https://aso.ch/fr/information/newsletter/archives-ose-info/ose-info-319#a628

Lire la suite...

dimanche 7 juillet 2019

Hayek ou le succès n'appartient pas aux frileux

Nick Hayek ne craint pas un isolement de la Suisse

Le patron de Swatch Group, Nick Hayek, se dit "absolument confiant" pour la place d'investissement suisse, avec ou sans accord.


Le patron de Swatch Group, Nick Hayek, se demande pourquoi la Suisse devrait renoncer à ses forces par opportunisme à court terme et s'aligner sur les "modèles d'échec de nombreux pays européens".

Le patron de Swatch Group, Nick Hayek, relativise dans une interview l'importance d'un accord-cadre entre la Suisse et l'Union européenne (UE).

"Le succès à l'exportation n'a rien à voir avec des accords", a déclaré Nick Hayek dans une interview parue samedi dans les journaux du groupe CH Media. Selon lui, le facteur décisif est que l'industrie suisse fabrique des produits innovants et de haute qualité, qui jouissent d'une grande confiance, notamment grâce à leur origine.

"Pourquoi les voitures italiennes se vendent-elles mal en France et en Allemagne ou que les autos françaises s'écoulent difficilement en Italie et en Allemagne, alors qu'elles ont un libre accès au marché européen? Parce qu'elles ne convainquent pas le consommateur", explique le patron du numéro un mondial de l'horlogerie.

Ce dernier ne craint pas un isolement de la Suisse. Il demande pourquoi la Suisse devrait renoncer à ses forces par opportunisme à court terme et s'aligner sur les "modèles d'échec de nombreux pays européens". "Nous servons au contraire beaucoup plus à l'Europe en restant tels que nous sommes".

Nick Hayek ne voit pas d'un bon oeil les plans du Parlement visant à protéger les entreprises suisses contre des prises de contrôle par des investisseurs chinois. Il fait en effet davantage confiance aux entrepreneurs chinois qu'aux fonds spéculatifs européens ou américains. Il met également en garde contre la domination des "monstres boursiers américains". (awp)

Où se mettre au frais en Romandie

https://www.illustre.ch/magazine/20-plages-sauvages-suisse-romande

Lire la suite...

vendredi 21 juin 2019

9 millions de places pour 7 millions d'habitants

https://www.lci.fr/international/decouverte-la-seconde-vie-des-bunkers-suisses-2124694.html?fbclid=IwAR120sPDvWCmk7FMe-fKdUD90W2m1TZgywyiHAfpKqaXDBZ28o3jAIxW7Rk

mardi 18 juin 2019

Portrait Livia Leu

https://www.letemps.ch/suisse/livia-leu-paris-pionniere-femmes-diplomates-suisses?fbclid=IwAR3pKf8SHcGUkY12IELTWN_hg_8zySyIXcg0mkx45Hh8LdZylUm7ghvd8_w

Lire la suite...

mercredi 12 juin 2019

La Suisse à la carte


LA CHRONIQUE DES FRONTALIERS La Suisse fait les meilleures cartes du monde

 
Jean-François Besson est le secrétaire général du Groupement transfrontalier européen (GTE). Aujourd’hui, il revient sur la tradition d’excellence suisse en matière de cartographie.

Avec le retour des beaux jours, la saison de l’alpinisme va pouvoir démarrer pleinement. Si aujourd’hui, les outils modernes nous permettent de nous orienter plus facilement, certains continuent à apprécier la bonne vieille carte IGN. Chez nos voisins aussi, la cartographie des montagnes a été un enjeu majeur il y a plus d’un siècle et demi. Comment partir à la conquête d’un sommet si l’on ne possède pas d’outils pour se situer et s’orienter ?

Et en matière de cartographie, nos voisins qui, en général font preuve de modestie, n’ont pas peur d’affirmer qu’ils ont les meilleures cartes du monde. Il faut dire qu’ils ont commencé très tôt.

L’histoire démarre en 1838 avec l’initiative d’un général, le Genevois Guillaume-Henri Dufour qui se lance dans la fabrication du premier relevé topographique du pays. En un peu plus d’un quart de siècle, 25 feuilles sont publiées à l’échelle de 1/100 000e. Des cartes qui sont de véritables œuvres d’art. Problème, ces cartes au 100 000e ne correspondent pas aux besoins des alpinistes. Et dès sa création, le Club alpin suisse demande la publication de cartes au 50 000e.

Gravées sur des plaques de cuivre

Ce fut le successeur de Dufour, encore un militaire, le colonel Siegfried, qui prit les choses en main. Pas moins de 600 cartes vont ainsi être publiées. Des cartes qui, jusqu’en 1953, continuent à être gravées sur des plaques de cuivre et qui font l’admiration de tous les spécialistes.

Depuis, il a fallu évidemment les réactualiser. Les successeurs du général Dufour disposent, pour faire le travail, d’outils un peu plus modernes. Et d’ailleurs même le nom de l’organisme a été mis au goût du jour : on ne parle plus de service topographique fédéral mais de Swisstopo !

Et pour finir, sachez que nos voisins ont été très reconnaissants avec le général Dufour puisque, en 1863, le conseil fédéral a changé le nom du plus haut sommet de Suisse. Le Hochste Spitze est devenu la pointe Dufour, qui culmine à 4 633 mètres. Ce qui en fait le deuxième sommet des Alpes après notre mont Blanc à nous !

samedi 8 juin 2019

un ours à Riederalp

Retour

08.06.2019 - 17:27

Un ours observé ce matin dans la région de Riederalp


Des promeneurs ont aperçu et filmé ce matin un ours dans la région de Moosfluh dans la région de Riederalp. Ils en ont informé le Service de la chasse, de la pêche et de la faune qui a pu visionner les images et formellement identifier le lieu et l’espèce.

L’ours se trouve actuellement dans le périmètre du District franc fédéral, dans la forêt d’Aletsch. Le service a dépêché le garde-chasse et un biologiste sur place pour trouver des indices afin de prélever des échantillons pouvant servir aux analyses ADN.

Ces dernières confirmeront s’il s’agit du même individu observé l’année dernière dans la région du Sanetsch.

Le canton invite la population à communiquer au garde-faune du secteur toutes les observations, traces ou autres indices de présence de cet animal.


KaB/c

vendredi 31 mai 2019

L'Autre Chemin de Michel Bühler chez Campiche / Campoche


250 pages de chroniques de Michel Bühler, qui a éditorialisé pendant une décennie les temps "modernes" dans le Courrier et Résistance. 

Le site de Bühler  http://www.michelbuhler.com/

Le lien où commander l'ouvrage : https://campiche.ch/pages/campoche_oeuvres/Chemin.html

Lire la suite...

dimanche 26 mai 2019

la tv suisse se recroqueville

À partir du 3 juin Télévision: la Suisse va fermer ses frontières

À partir du 3 juin, les programmes de la Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR) ne seront plus diffusés par antenne, disparaîtront des offres des câblo-opérateurs français et ne seront plus accessibles par satellite, sauf pour les citoyens suisses.

 
Un message informant les téléspectateurs de l’abandon de la TNT le 3 juin apparaît depuis début janvier sur les chaînes suisses. Photo L’Alsace/Jean-François Frey

« Une date historique. » C’est ainsi qu’un lecteur qualifie d’avance la date du 3 juin prochain, jour de l’arrêt de la diffusion des chaînes de télévision suisses hors des frontières du pays.

Cette disparition est d’abord liée à une contrainte budgétaire. Si l’initiative populaire « No Billag », visant à supprimer la redevance, a été rejetée par 71,6 % des votants l’an dernier, cette redevance a été plafonnée et la Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR) est désormais contrainte de réaliser 100 millions de francs d’économies par an.

Des raisons budgétaires avant tout

Constatant qu’en 2018, seul 1,4 % des ménages suisses possédant un téléviseur regardaient ses chaînes via la TNT, elle a décidé d’arrêter ce mode de diffusion, ce qui lui permettrait d’économiser 10 millions par an à partir de 2020.

Donc, plus de diffusion par antenne terrestre à compter du 3 juin, comme l’annonce, depuis plusieurs semaines, un bandeau déroulant sur les chaînes concernées. Mais les restrictions sont encore plus larges, puisque la SSR profite de ce changement technologique pour reprendre le contrôle total de ses programmes, à contre-pied des logiques de diffusion mondiale observées dans l’audiovisuel.

« La SSR acquiert les droits des productions tiers (blockbusters, sport, documentaires, etc.) pour le territoire suisse uniquement, explique Lauranne Peman, porte-parole de la direction générale de la SSR. Or, la TNT est une technologie qui permet un débordement naturel des ondes (overspill) au-delà du territoire sur lequel nous sommes autorisés à diffuser ces productions ; il n’y a en effet aucun moyen technique de limiter la diffusion en fonction des frontières. Ce cas de figure, jusqu’alors toléré par les détenteurs des droits, n’a plus de raison d’être avec la fin de la diffusion par TNT. »

Résultat : les chaînes suisses vont également disparaître des bouquets audiovisuels des câblo-opérateurs français, comme SFR (qui proposait les chaînes SRF 1, RTS 1 et RTS 2) ou Vialis (dont les offres comprenaient les chaînes RTS 1, RTS 2, SRF 1 et RSI la 1). « Il n’existe pas de base légale permettant cette pratique, souligne au passage Lauranne Peman. La SSR est un média de service public financé à 75 % par la redevance des ménages suisses et elle acquiert en conséquence les droits de diffusion pour le marché suisse uniquement. Étendre l’acquisition de ces droits à l’étranger pour un marché plus large ne serait financièrement pas viable pour la SSR et ne répondrait pas à son mandat. »

Des droits acquis pour le seul marché suisse

Pour les mêmes raisons de droits d’auteur, les programmes de la SSR relayés par satellite seront désormais cryptés et seuls les ressortissants suisses pourront commander la carte d’accès nécessaire au décryptage (lire l’encadré).

La SSR souligne que ses productions originales (dont elle détient les droits) resteront visibles par les étrangers sur internet, via le site de rattrapage www.rts.ch/play/tv. « En tant qu’entreprise de média, nous n’avons aucun intérêt à restreindre l’accès au contenu que nous produisons », ajoute Lauranne Peman.

Mais pas question de regarder le « direct » sur internet, en tout cas pas depuis une adresse IP française. « Pour des raisons juridiques, cette vidéo n’est visible qu’en Suisse », est-il déjà écrit sur l’écran noir du site de la RTS, sans attendre le black-out total du 3 juin.

vpn : la parade sur internet

Pour continuer à regarder en direct les émissions des chaînes suisses depuis l’étranger, une parade existe, et elle est très simple à mettre en œuvre, pourvu qu’on dispose d’une connexion internet et d’un ordinateur, d’une tablette, ou d’un smartphone, éventuellement relié à un téléviseur via un appareil de type Apple TV ou Google Chromecast (ou mieux encore d’un téléviseur connecté de type « Smart TV »). L’accès aux émissions suisses se fait grâce à un VPN (virtual private network), système qui « domicilie » à volonté votre connexion internet ailleurs qu’à votre emplacement géographique réel : aux îles Bermudes, en Russie… ou bien en Suisse. Depuis quelque temps, les VPN connaissent un essor spectaculaire, pour des raisons plus ou moins avouables : ceux qui téléchargent allègrement en « peer-to-peer » (P2P) les utilisent pour se prémunir des foudres promises par la loi Hadopi ; d’autres petits malins ont bien compris que les catalogues des géants du streaming légal comme Netflix ou Amazon Prime sont plus ou moins fournis, selon qu’on y accède depuis les États-Unis ou la France.

Mais attention, les seuls VPN sérieux (NordVPN, HydeMyAss, CyberGhost, etc.) sont payants. La bande passante offerte par leurs serveurs, la liste des pays différents dans lesquels ils permettent de se « domicilier » (bien vérifier ce point avant d’arrêter son choix), la rapidité et la stabilité de la connexion : tout cela a un coût. L’offre commerciale est pléthorique, le bon grain s’y mêle à l’ivraie. Il faut compter autour de 100 euros par an pour l’usage d’un bon VPN, mais les offres promotionnelles peuvent diviser la facture de moitié.

Emmanuel DELAHAYE

Satellite : un accès exclusif

Nombreux en Alsace, les citoyens suisses ou franco-suisses pourront donc continuer à regarder les chaînes de la SSR grâce à la diffusion par satellite et moyennant l’acquisition exclusive de la carte Sat Access. Celle-ci peut être commandée en ligne (www.broadcast.ch/fr/sat-access) et activée par courriel (sataccess @broadcast.ch), ou par téléphone auprès du centre clientèle Sat Access de la SSR (hotline 0848.868.969). Prix : 60 CHF + 120 CHF de frais de distribution annuelle par carte (hors TVA). Chaque foyer a droit à deux car

samedi 25 mai 2019

une impayable carte de suisse

https://www.konbini.com/ch-fr/swissmade/en-images-voila-enfin-la-vraie-carte-hilarante-de-la-suisse/

Lire la suite...

samedi 18 mai 2019

Tisane suisse pour malade européen

http://www.agefi.com/home/news/detail-ageficom/edition/online/article/comment-la-suisse-peut-sauver-leurope-487678.html

Lire la suite...

jeudi 2 mai 2019

Langues et langages

https://www.lematin.ch/suisse/En-Suisse-on-mange-des-ptes-En-France-des-pattes/story/17642608

Lire la suite...

dimanche 14 avril 2019

Neutralité et bons offices

Bons offices : La Suisse est chargée de représenter les intérêts des Etats-Unis d'Amérique au Venezuela. Cependant, la mise en œuvre du mandat dépend encore du consentement du Venezuela.
Actuellement, la Suisse détient six autres mandats de puissance protectrice : elle représente les intérêts des USA en Iran, de la Russie en Géorgie, de la Géorgie en Russie, de l'Iran en Arabie saoudite, de l'Arabie saoudite en Iran et de l'Iran en Egypte.

samedi 13 avril 2019

de la confusion entre consterné et consternante

La meilleure étant "l'OSE dont le seul but a toujours été de permettre aux Suisses de l’étranger de participer au débat démocratique en Suisse"   que n'aurait pas reniée un stalinien spécialiste de la réécriture de l'histoire

Lire la suite...

- page 1 de 77